Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les "Vieux de la Veille" !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Les "Vieux de la Veille" !   Lun 22 Aoû - 17:17

Bonjour,

toujours à la recherche de clichés qui pourraient intéresser pour illustrer un article ou inspirer un habile créateur/modificateur, j'ai trouvé quelques photos de camions Citroën qui ont sévi dans ma région, voire ma ville Suspect

Ne sachant pas où les mettre, j'ai décidé de créer ce nouveau sujet afin que tout un chacun fasse comme moi en affichant des modèles de véhicules utilitaires au double chevron de son coin Rolling Eyes

Pour commencer :



Brasserie Excelsior à Lille, aujourd'hui disparue.





Déménagements Voreux-Lauwers à Roubaix depuis 1890.

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Mar 23 Aoû - 11:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
Gilou

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 53
Localisation : Bourbach le bas (68)

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Lun 22 Aoû - 17:19

Très beaux clichés , bravo Alain.
Revenir en haut Aller en bas
http://vehiculesminiho.forumactif.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Lun 22 Aoû - 18:06

Merci Gilbert,

un autre "vaillant", moins beau mais, émouvant Crying or Very sad (car il est extrait d'un article paru dans la presse régionale concernant la fermeture de cette entreprise de transport)



Car Type 55 de la ligne "Autobus Tricoit" de Flers à Tourcoing en 1964, à "Hem-Bifur".

A cette époque, la ligne (la seule de cet autocariste) est déficitaire et, son car est presque vide.

Voici un interview de Monsieur Michel Tricoit au journal Nord-Eclair qui explique cette situation.


Inutile de rappeler que cette entreprise n'existe plus !?

Source : Association HISTOTIHEM[/i]

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Mar 23 Aoû - 12:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Mar 23 Aoû - 11:49

Bonjour,

autre photo, autre histoire :



Type 55 des Transports Vanhove à Roubaix.

Après avoir tenu un café et une corderie, Arthur Vanhove rachète une maison de transports « l’Express Roubaisien » en 1932.

A cette époque, deux chevaux forment l’élément « moteur » de l’entreprise. Les fils d’Arthur, Maurice et René prennent une part active dans le travail quotidien. Vers 1936, l’entreprise se sépare des chevaux et leur substitue la traction mécanique. L’entreprise compte à ce moment deux chauffeurs et un manœuvre, handicapé, qui effectue les livraisons en ville avec une baladeuse. Elle possède deux camions avant la guerre, dont un Saurer.

A la déclaration de guerre, Arthur ne possède toujours pas le permis de conduire ; ce sont ses fils qui conduisent. Mais, ceux-ci sont mobilisés dès le début du conflit avec leurs camions. La guerre se passe. Sans camion et sans chauffeur, les affaires sont au plus bas. De plus, Arthur Vanhove décède en 1944 les fils sont prisonniers de guerre. La maman se retrouve sans ressources. A la libération, la situation de l’entreprise n’est pas brillante : les loyers ne sont pas payés, il n’y a plus de camion pour assurer le transport, et la clientèle n’existe plus.

Au retour de captivité, Maurice et René se trouvent devant une cruelle alternative : faut il relancer la société de transports, réduite à rien, ou envisager une autre activité ?

Sur les conseils d’un ami, ils relancent l’activité avec la grosse voiture du Grand-Père, une Hotchkiss qui a été préservée durant la guerre, achetée au consul de suède, elle avait été mise en panne pour qu’elle ne soit pas réquisitionnée. : elle sera découpée pour en faire une camionnette.

Dans les années 60, et la société Vanhove développe son activité de transports de messagerie (c’est à dire les colis trop grands ou trop lourds que refuse la poste).

Les camions transportent tous types de marchandises. Ils desservent les particuliers, les commerces, les entreprises… Les bâtiments annexes servent de dépôt et de stockage pour les bonbons Lutti (elle fournit les clients, et livre ceux qui ne peuvent pas se déranger). Elle est également dépositaire de la société Luterma (contre plaqués). Elle stocke aussi du colorant bleu d’outremer et des teintures dans des fûts et en effectue la livraison. Elle est encore correspondante pour les biscuiteries de Touraine, et les transports Marquis de Lavelanet en Ariège, un très gros centre textile. Cette société travaillant des basses qualités, la société Vanhove ramasse les déchets ici et les échange contre des tissus remontés du sud. La société Travaille aussi pour Phildar, les pâtes Lustucru… Elle possède des dépôts un peu partout : généralement dans des bistrots où sont regroupés les colis pour un ramassage en une seule fois. Son slogan : « Livre vite, bien et sans manquant ». Pour se rappeler au bon souvenir des clients et se faire connaître, elle distribue des cartes publicitaires. Le développement se fait grâce au bouche à oreille. Les camions ne reviennent jamais à vide, chargeant du fret sur place pour le voyage de retour. La principale activité reste la desserte du nord Pas-de-calais, en particulier dans sa partie sud-est. Elle fait le porte à porte, tout en étant plus rapide que la Sncf, et possède jusqu’à une dizaine de camions.



Il semblerait que le premier camion soit un Citroën C6 !?

Mais les affaires vont moins bien pour les transporteurs routiers : la chute est surtout due à l’avènement des grandes surfaces et la fermeture des petits commerces, mais aussi à la mise en place d’horaires de livraisons en ville incompatibles avec les horaires réels d’ouverture des magasins. Le père décède en 76 et les affaires périclitent ; Les transports Vanhove ne dépassent pas 1978. L’entreprise est vendue, les nouveaux propriétaires sont les transports Carton, qui reprennent les chauffeurs. La grand mère a participé jusqu’à la fin aux activités. Elle, jusque là en pleine forme, est morte un an après la fermeture.


Source : Ateliers mémoire de Roubaix auxquels je me joins pour remercier Patrick et son frère qui ont accepté de partager avec nous et leurs souvenirs, et les documents de leur collection.

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Mar 6 Sep - 13:46

Bonjour,

pour continuer, je vais vous conter l'histoire d'un autre humble et travailleur qui a sévi dans le Nord et, ailleurs Rolling Eyes

L'ancien camion Type 55 des YAOURT STEENVOORDE

Certains d'entre vous connaissent ce vénérable ancêtre conservé dans son jus.  Suspect


Alors un peu d'histoire pour commencer: ce camion de 1957 fut commandé par un marchand de beurre et œufs frais du Pas de Calais. Il faisait le commerce ambulant et les marchés pour la laiterie de Steenvoorde vieille de 101 ans (qui existe toujours mais sous un autre nom). Sur le coté droit de la caisse, une petite porte permet d'accéder au point de vente. Le commerçant ouvre les 3 panneaux en position d'auvent et il dispose alors de son comptoir de vente au détail.

Après la réforme, on retrouve le camion en ... Bretagne,où il va effectuer à plusieurs reprises, le tour de Bretagne des véhicules de collection.
Repéré dans les Côtes d’Armor en Bretagne par un fan de vieux camion (Eric Derudder) de Steenvoorde dans le Nord de la France, il sera rapatrié il y a quelques années dans le Nord où, malheureusement il créchait, jusqu'à il y a peu ... dehors aux intempéries... Crying or Very sad

Extrait d'un article de "La Voix du Nord" :

Les automobilistes qui quittent l'A 25 à la sortie 13, en direction de Steenvoorde ou de Poperinge, n'ont pas manqué de remarquer un camion aux couleurs de Steenval (l'ancienne laiterie de Steenvoorde devenue Blédina), garé le long du grillage d'enceinte du garage Derudder Véhicules Professionnels (DVP).
À côté des camionnettes blanches sagement alignées sur le parking de l'entreprise, spécialisée dans le négoce de véhicules utilitaires, il ne passe pas vraiment inaperçu.
C'est Éric Derudder, à la tête de DVP, pour « Derudder véhicules professionnels », désormais, depuis le 1er août 2016, « Iveco Nord » qui a retrouvé ce véhicule, un Citroën P55, qui évoquera immanquablement à certains Steenvoordois des souvenirs d'une époque révolue.
Il raconte comment cela a été possible : « Lors d'une réunion à la chambre de commerce, Jean-François Desreux, de l'auberge du Noord Meulen, m'a dit que sa belle-soeur, lors de vacances en Bretagne, avait vu un camion qui portait le mot "Steenvoorde". Mais elle ne savait plus où c'était. »
Une solution pour localiser le véhicule
Il ne restait qu'une solution à Éric Derudder pour localiser le poids lourd : « J'ai appelé une quinzaine de brocanteurs et je suis tombé sur le bon, à Perros-Guirec. Il m'a envoyé quelques photos et un mécanicien l'a remis en route. En février 2011, je suis allé le chercher sur un week-end, en profitant d'une livraison de véhicule que je devais faire à Fougères. Je l'ai chargé sur le camion porte-voiture, dans le noir, sous le regard admiratif des passants. » Pour un véhicule produit en janvier 1954, il est plutôt en bon état, même si une rouille superficielle a fait son apparition ici et là. Après quelques coups de démarreur, les six cylindres du moteur émettent encore un beau bruit, celui qu'ils produisaient déjà voilà plus de cinquante-huit ans. •  F. D. (CLP)


_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Mar 13 Sep - 11:20

Bonjour,

toujours à la recherche d'éléments pour la rédaction et l'illustration de mes articles... Suspect J'ai trouvé ceci concernant la flotte des véhicules utilitaires de la laiterie STEEVOORDE dans les années 60  Rolling Eyes


Où l'on voit que les Citroën étaient nombreux et que le 55 avait un frère jumeau !

A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Mar 13 Sep - 11:34

Re-bonjour,

une autre "Grand-Place" du Pas de Calais, à la même époque, celle d'Estaires Wink


Avec 3 superbes camions Citroën de l'entreprise Leleu, dont un "55 cabine avancée porte bouteilles de gaz à carrosserie Heuliez"  scratch et, un 23 fourgon intégral carrossé par Driguet  cheers

A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PIJO3007

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 05/05/2012

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Jeu 15 Sep - 23:08

Bonjour
Tout ça est magnifique ! cheers
merci Alain !

a+
JP
Revenir en haut Aller en bas
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Mar 4 Oct - 16:08

Bonjour,

et hop ! toujours des "anciens" de ma région :

Le 23 de "la brasserie Excelsior", déjà vu ci-dessus mais, en couleurs :


Pour rester dans le thème, un autre 23 retapé aux couleurs de "la brasserie La Semeuse" aujourd'hui, disparue et qui était située dans ma commune : Hellemmes :


Et, un Belphégor dans le quartier où j'ai passé mon adolescence : Wazemmes à Lille :


Un 350 ou 400 scratch

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Lun 12 Déc - 18:57

Bonjour,

aujourd'hui, pas d'arrivée de miniature donc, un petit retour en arrière, toujours dans ma région, le Nôôôrd queen


Agrandissement :


Ceci est un Type 23 à carrosserie intégrale de chez Driguet, la photo date de la moitié des années 1950.

Il circulait pour alimenter les épiceries à l'enseigne "DOCKS DU NORD" aujourd'hui disparue Crying or Very sad

La région Nord-Pas-de-Calais est un des berceaux de la grande distribution moderne. En 1850, Jacques Delhaize, négociant en vins, imagine et applique en Belgique le principe du succursalisme, des points de vente livrés par un entrepôt central. C'est en 1908 que leurs descendants, Georges et René Delhaize, s'installent dans le Nord et l'Est de la France, ils créent les Docks du Nord, dont le siège social et l’entrepôt sont situés à La Madeleine dans la très proche banlieue lilloise. Ils ouvriront en 1960 le premier Supermarché du Nord. C'était avant Auchan ! Beaucoup plus tard ce sera le changement de nom pour les Supermarchés GRO pour devenir, dans les années 1990, Match.


Les établissements des Docks du Nord représentaient la plus importante maison d’alimentation et d’approvisionnement général à succursales multiples dans la région du Nord en 1958.
Ils possédaient en effet le plus grand nombre de succursales de cette région et y réalisaient le chiffre d’affaires le plus élevé. Les épiceries à l'enseigne des Docks du Nord étaient au nombre de 327 dans la région.




Cette photo a été prise à Mons en Barœul aussi dans la proche banlieue lilloise où circulaient des tramways. Pendant plus de cinquante ans, la vie des Monsois sera rythmée par le passage familier des lourds véhicules desservant la ligne "I" venant de Lomme. La CGIT n'assure que l'exploitation du réseau. Un syndicat mixte, comprenant les communes desservies et la ville de Lille s'occupe de la gestion. Les tramways sont alors remplacés par des bus. Le 29 janvier 1966 disparait la dernière ligne de tramway, la B.

Surtout, en cette période des fêtes de fin d'année, n'oubliez pas :


A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PIJO3007

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 05/05/2012

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Lun 12 Déc - 19:33

Bonjour
Merci Alain ! tu nous fais ainsi connaître ta région au travers des Sociétés et de leurs véhicules !

a+
JP
Revenir en haut Aller en bas
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Ven 23 Déc - 12:41

Bonjour,

une petite suite pour cette fin d'année :


Ancienne brasserie Thibouw à Crochte - 59

Bonjour,

Comme à mon habitude, je vais essayer de vous conter une histoire liée à la découverte de cette carte postale qui montre ici un camion plateau à ridelles de Type 23, chargé de caisses et de fûts de bière, qui faisait ostensiblement la fierté de ses propriétaires ! L'âge d'or de la carte postale photographique colorée à la main, se situant entre 1900 et 1940, on peut raisonnablement penser qu'il s'agit d'un cliché d'avant guerre !?

Cette photo a été prise à Crochte, village de Flandre Maritime, à six kilomètres de Bergues, rendu célèbre à l’ensemble des français grâce au film, à mon avis peu élogieux pour notre région geek , de notre concitoyen Dany Boon. Ce bourg bordé par la riviére « Craene becque » était bien placé pour héberger une brasserie où l’on produisait de la bière comme dans de nombreuses communes du Nord et du Pas de Calais à cette époque.

La région Nord-Pas-de-Calais a connu dans son histoire de nombreuses brasseries et différentes marques de bière. Il existait parfois plusieurs brasseries dans la même ville ; dont la majorité date des XIXe et XXe siècles.

La région doit sa tradition brassicole à plusieurs facteurs. Le premier est lié au climat. La vigne ne pousse pas dans la région à cause du manque d'ensoleillement et de la relative fraîcheur. Le second est à l'avantage des deux départements : ils disposent d'eaux souterraines abondantes et de terres fertiles permettant la culture des matières premières de la bière : le blé, l'orge et le houblon. L’autre constituant de cette boisson rafraichissante, l’eau, étant issue des nombreux cours d’eau sillonnant le bocage flamand. Wink

Les promeneurs qui découvrent l’été les routes en lacets, agrestes et charmantes des Monts de Flandre, sont parfois étonnés, au détour d’un chemin, de les voir encadrées de hautes perches sur lesquelles grimpent des tiges vertes très feuillues. Cette plante, c’est le houblon... sunny

En 1910, on comptait 1 929 brasseries dans le nord de la France pour un total de 2 827 sur l'ensemble du territoire. Pendant la guerre 1914-1918, de nombreuses brasseries ont été détruites réduisant leur nombre à 919. La seconde guerre mondiale accélère plus encore le mouvement. Près de 900 établissements disparaissent pendant cette période. Certains se reconvertissent en dépositaires.
En 1947, dans le Nord, 503 brasseries sont encore en fonction ; en 1950, il n’en reste plus que 116.
En 1968, il ne reste plus que 45 brasseries en France et en 1976, 23. Crying or Very sad  

D’après mes recherches, un dénommé César THIBOUW, né en 1845, exerçait le profession de marchand brasseur, il était domicilié à Crochte.
Son fils, Georges Daniel Albert né le 13/10/1881, lui aurait succédé en tant que gérant de brasserie.    
Je cherche toujours s’il a été le dernier des brasseurs à Crochte ou, si sa descendance à pris la relève et, jusque quand !? scratch

Une brasserie « PERSYN-THIBOUW » ayant existée à Watten près de Saint Omer !

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Ven 20 Jan - 12:37

Bonjour,

aujourd'hui, je vous soumet une photo d'un utilitaire utilisé dans les années 1970 pour une cause bénévole, solidaire et humanitaire :


Et, donc, même si celui-ci est aux couleurs d'un centre régional lillois, je vais vous parler de son utilité à l'échelle de la France. Rolling Eyes

Du don à l’industrie

L’histoire de la transfusion sanguine en France des années 1940 aux années 2000 est exemplaire de la transformation du statut du sang sous l’effet des découvertes scientifiques, des innovations thérapeutiques et des attentes des médecins et des malades. Parce que le sang ne peut être vendu, il incombe à l’État d’organiser la transfusion de manière à préserver le don du sang bénévole, anonyme et gratuit. Le changement technique, l’essor de nouvelles thérapeutiques, le risque sanitaire ont imposé des réformes, depuis les années 1990, qui positionnent aujourd’hui la transfusion entre l’État et le marché.

NormanBethune créa la première banque de sang en Europe le 23 décembre 1936. Il invente le concept de collecte mobile (en pratique, les collectes ont lieu à l’arrière du camion). Beaucoup de voies nouvelles sont explorées, dont certaines se révèlent des impasses, telle l’utilisation de sang de cadavre en 1936.


C’est en 1949 que l’essor de l’organisation de la transfusion sanguine est marqué en France avec la création de nombreux centres régionaux et départementaux.
Le développement de la transfusion sanguine ne peut se faire sans le développement de réseaux de solidarité, basés sur la connaissance des besoins pour assurer les transfusions sanguines des patients. L'engagement des donneurs de sang est très exigeant, comme en témoigne le « règlement pour être donneur » élaboré par le centre de transfusion sanguine de l'hôpital Saint-Antoine à Paris. C'est à partir de ces expériences que naîtra la Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole en 1949, et la Fédération Internationale des Organisations de Donneurs de Sang en 1951.

La deuxième guerre mondiale et l'immédiat après-guerre

Cette période est vraiment à l'origine de la transfusion moderne, par trois développements majeurs : fractionnement du plasma, mise au point d'une solution de conservation du sang, et introduction des poches en plastique en remplacement des flacons de verre.
- Le fractionnement du plasma en ses différentes protéines, permettant ainsi la préparation d'albumine, stockée, transportée et utilisée facilement reste encore employée de nos jours.
- La solution de conservation dite « ACD » pour Acide citrique, Citrate, et Dextrose qui permet de conserver le sang total pendant 21 jours, est de nos jours, encore très largement utilisée dans la pratique transfusionnelle.
- L'après-guerre voit une autre étape décisive pour le développement de la transfusion sanguine franchie en 1952, avec la première poche à sang en matière plastique. Cette technologie révolutionnaire à l'époque mettra plus de 20 ans à prendre sa place, mais aujourd'hui, on ne pourrait imaginer de transfusion sans elle.

Le C.R.T.S. (Centre Régional de Transfusion Sanguine) de LILLE était sous l’égide de l'ASSOCIATION POUR L'ESSOR DE LA TRANSFUSION SANGUINE dont l’Objet est de favoriser l’essor de la transfusion sanguine dans la région du Nord ; gérer ses participations dans le fonctionnement de la transfusion sanguine, tant au plan national que régional dans le respect des lois et règlements en vigueur.

L’affaire du sang contaminé, au début des années 1990, a conduit à de nombreuses et profondes modifications. A la loi du 21 juillet 1952 donnait un cadre juridique et législatif à cette pratique médicale, instituant ainsi un contrôle étatique strict, tout en laissant une part importante d’initiatives à chaque établissement. Celle du 4 janvier 1993, institue l’Agence Française du Sang (AFS) chargée de sa régulation. En 1998, l’Établissement Français du Sang (EFS) est créé et il est chargé de la réorganisation complète de l’activité transfusionnelle. Le C.R.T.S. a vécu !

Néanmoins, si votre santé vous le permet, n'oubliez pas :


Cela n'est pas douloureux et cela peut être très utile.  sunny

A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3113
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Jeu 30 Mar - 18:04

Bonjour,

Je vous ai déjà raconté, ici même, que ma région natale était fortement brassicole. En effet, la bière de table était la boisson de base des familles du Nord qui consommaient bien moins de vin bien plus onéreux pour leurs faibles revenus.
Ainsi, je vous rappelle qu’en 1910, on comptait 1 929 brasseries dans le nord de la France pour un total de 2 827 sur l'ensemble du territoire. Pendant la guerre 1914-1918, de nombreuses brasseries ont été détruites réduisant leur nombre à 919. La seconde guerre mondiale accélère plus encore le mouvement. Près de 900 établissements disparaissent pendant cette période. Certains se reconvertissent en dépositaires.
En 1947, dans le Nord, 503 brasseries sont encore en fonction ; en 1950, il n’en reste plus que 116. L’abondance du réseau fluvial et la terre riche favorable à la culture de l’orge et du houblon compensaient le manque de soleil nécessaire à la viticulture.

Parmi toutes ces brasseries, il y en a une qui m’a le plus marqué car, elle jouxtait la première entreprise où j’ai été embauché. Sur la commune de Mons-en- Barœul, elle avait une forte réputation sur la métropole lilloise.

Vers 1921, Louis Boucquey, Armand Deflandre et Raoul Bonduel, trois brasseurs lillois, décident de s'associer pour surmonter les problèmes de pénurie (notamment de cuivre) et fondent la « brasserie du Pélican », du nom d'une danse (fox trot) alors très à la mode à ce moment-là. En 1937, Jean Deflandre, fils d'Armand, parvient à assembler deux malts d'orge et utilise la fermentation haute, avec une levure anglaise, pour créer sa bière. Il la nomme « Pelforth ». Lancée lors de l'Exposition à Lille, première foire commerciale tenue en 1937, Pelforth 43 bénéficie alors des réclames dans les journaux, les autobus et les tramways et sa commercialisation va s'étendre dans la région des Flandres, le Nord et le Pas de Calais. Dans le Nord de la France, on ne buvait pas d'eau minérale et très peu de vin. La bière était donc la boisson quotidienne des adultes mais aussi des enfants, d'où la vente de fût de 30, 50 ou 70 litres. Pour attirer la clientèle familiale, la réclame montre un papa Pélican avec la mère et les enfants dont l'un tire avec une ficelle un petit chariot contenant une Pelforth.

Slogan : "toute la famille en boit". Pour promouvoir la bière, des primes sont accordées sur les bouteilles donnant droit à des cadeaux et permettant ainsi à nombreux parents de préparer le trousseau de leurs enfants.
Même si la fabrication est interrompue pendant la Seconde Guerre mondiale, faute de matières premières, la production de la Pelforth n'aura pas de mal à repartir dès 1950. En 1972, la brasserie du Pélican adopte le nom de brasserie Pelforth. Elle est rachetée par le groupe BGI en 1980, puis par la Française de Brasserie en 1986, elle-même englobée dans le groupe Heineken en 1988.



Personnellement, lorsque je passais devant la brasserie, elle s’appelait encore « Pélican » puis « Pelforth ».

Si Pelforth participe à des courses cyclistes dans le nord de la France en 1959, 1960 et 1961 avec un autre brasseur, Carlier, qu'il rachètera en 1975, c'est le Tour de France qui va faire le succès de la marque. La caravane publicitaire, les commerciaux surnommés "les marins terrestres" car loin de leur domicile durant de longues périodes, et les dépositaires à chaque étape permettent la mise en place de Pelforth sur le plan national. De toutes les compétitions depuis 1962, l'équipe Pelforth Sauvage Lejeune remporte avec Jan Janssen le Tour de France en 1968, dernière année de sa présence. Pour autant, la brasserie continuera da faire circuler une caravane publicitaire à ses couleurs jusqu’à la fin des années 1970.


Pelforth a débuté sa présence dans le Tour de France en 1962. Des voitures décorées spécialement et des objets publicitaires étaient utilisés à cette occasion pour vanter la marque. Ce qui me fait revenir au sujet de cette rubrique : les vieux véhicules Citroën qui ont servi aux entreprises de ma région et, qui sait, un jour, de la votre !

Ainsi cette célèbre brasserie en a-t-elle utilisés pour le transport de ses produits que pour en faire de la « réclame » :

A l’usine et, en démonstration :


Sur les routes du Tour de France :


Et, bien plus récemment pour de la pub en grandes surfaces :


A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
diomaran

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 31/03/2016

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Jeu 30 Mar - 22:43

Merci Alain pour ce sujet, amateur des bières du Nord, j'apprécie leur Histoire et celle de leurs véhicules
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 05/05/2012

MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   Ven 31 Mar - 8:40

Bonjour
Sympa cet exposé sur cette Marque qui a utilisé les véhicules Citroën ! cheers
BRAVO !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les "Vieux de la Veille" !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les "Vieux de la Veille" !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VIEUX BRUGES OU OUD BRUGGE
» [AIDE] Capteur de luminosité et mise en veille
» ASSURER UN VIEUX TRACTEUR
» Le vieux sanglier
» 20 ans = vieux ou jeune ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: Les véhicules utilitaires-
Sauter vers: