Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Ce sondage est ouvert à toutes et tous les collectionneurs passionnés. Il ne s'agit pas d'une opération commerciale et aucune adhésion à quoi que ce soit n'est demandée. Dès aujourd’hui, faites-vous connaître > ! D’avance merci

Partagez | 
 

 Les 2 CV en tôle de JRD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3253
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Les 2 CV en tôle de JRD   Jeu 4 Aoû - 19:17

On croit que toutes les 2 CV Citroën en tôle de la marque JRD sont identiques. Et pourtant, en les comparant, on s’aperçoit que ce sont pas moins de sept versions différentes qui ont été produites.

Ces 2 CV en tôle sont commercialisées par la Société JRD. Ce sigle provient des initiales de son fondateur, Jean Rabier Donot.

Les débuts de la 2 CV JRD

Annoncée aux revendeurs en mai 1949, la berline 2 CV de JRD, en tôle, est réellement commercialisée en juin de la même année sous la référence 3074. Elle mesure 16 cm. Cette dimension est la même pour la version suivante, avant que la troisième ouvre la voie à une fabrication plus étoffée (18 cm de long). Sur cette première version, le moteur entraîne des roues en bois tourné chaussées de pneumatiques en caoutchouc. Les roues avant sont identiques aux roues arrières et elles sont recouvertes d’ailes de forme pour le moins surprenante. Celles-ci sont intégralement circulaires et, par conséquent, il n’existe aucun retour vers l’arrière au bas des portes avant. Entre les ailes avant et arrière, on relève la présence d’une sorte de marchepied qui n’est autre qu’un débordement du plancher-châssis qui fait également saillie à l’avant comme à l’arrière pour créer les pare-chocs. Le rebord des ailles avant est rabattu à 90 degrés et il n’existe aucun phare pour agrémenter l’ensemble. La calandre est emboutie avec la carrosserie, tandis que rien ne vient suggérer la présence d’une capote. Cette 2 CV Citroën ne possède par ailleurs ni porte, ni coffre, ni capot ouvrant. Elle est dépourvue d’aménagement intérieur et de vitrage. On ne peut faire plus simple en 1949, au sortir de la Deuxième-Guerre mondiale, où l’on manque encore de nombreuses matières première.


A ce titre, cette 2 CV est une réussite. Il n’empêche que JRD aurait pu éviter de convertir à la propulsion la célèbre petite Citroën. Rien n’empêchait en effet JRD de placer le moteur à friction à l’avant et non à l’arrière comme il l’a fait ! En 1950, la 2 CV est toujours fabriquée, mais avec un petit changement. En effet, cette deuxième version est dotée d’un moteur mécanique à ressort ; pour introduire la clef de remontage, une découpe circulaire est pratiquée à travers la porte arrière gauche.


Une 2 CV à phares encastrés

Un réel changement s’opère à dater de 1952. Tout d’abord, la longueur passe de 16 à 18 cm ; ensuite le capot reçoit une calandre rapportée faisant bloc avec le pare-chocs avant. Référencé 300, l’ensemble est embouti et nickelé avant d’être agrafé (par une agrafe centrale) sur le bas du capot et sous le plancher (par deux agrafes). Enfin, des phares sont ajoutés à la troisième version. Mais, une fois de plus, JRD fait preuve d’une certaine fantaisie, en encastrant tout bonnement les phares dans les ailes. Une innovation qui aurait pu inspirer Citroën... Enfin bref ! pour arranger la physionomie de cette miniature, les phares sont figurés par un cercle blanc, ce qui est logique, ou par un cercle rouge, ce qui l’est évidemment beaucoup moins. Peut-être pour faire croire que la 2 CV recule quand elle avance... Toujours est-il qu’en lui attribuant des phares encastrés et un moteur à l’arrière, telle une Volkswagen, JRD n’a pas “senti” exactement la philosophie de la 2 CV Citroën.




Parmi les autres innovations, notons la présence d’une toile peinte au pochoir descendant jusqu’au pare-chocs, désormais en relief, la disparition du marchepied, l’apparition d’un plancher et des roues en métal coulé, dotées de pneumatiques en caoutchouc. Les ailes sont dorénavant conformes au modèle avec des bords arrondis et un retour vers l’arrière au niveau des portes avant. Tandis que le train avant est directionnel, le moteur de cette troisième version est mécanique et un “porte-clé” en forme de raquette est prévu sous le plancher pour loger la clé. Celui-ci est frappé du logotype au double chevron, inscrit dans un ovale surmonté du sigle JRD, sous lequel figure la mention “Made in France”. La boîte chargée du transport de la petite JRD est un carton sur lequel est collée une impression de couleur bleu avec illustrations blanches.


Une malle et des phares réalistes

Il semble, toutefois, que cette nouvelle version ne donne point satisfaction aux gens de la société JRD et, peut-être, à Citroën. JRD revoie donc sa copie et, enfin, entame en 1953 la commercialisation d’une 2 CV rendue réaliste par l’adjonction de phares rapportés munis de portières nickelées. JRD a quelques années d’avance, puisque les portières chromées n’apparaîtront que plus tard sur le modèle réel ! Pour coller à l’actualité du moment, JRD octroie à sa 2 CV une malle Speed - souvent désignée à tord comme Raoul - comportant trois plaques d’immatriculation grises vierges de toute inscription ; un accessoire d’époque, sinon de série. Contre toute attente, les flancs sont colorés e rouge et non en blanc. Ils sont montés soit sur des roues lisses, soit sur des roues en métal injecté non nickelées. A l’intérieur, apparaît pour la première fois un unique siège à l’avant qui sera conservé jusqu’à la fabrication de la dernière 2 CV JRD. Sous le plancher de cette quatrième version, les mentions JRD et Made in France subsistent, tandis que le porte clef et l’ovale Citroën disparaissent pour laisser place à un ovale aveugle. Les roues sont en métal coulé brutes. Pour le reste, cette quatrième version est tout à fait identique à la troisième.


La cinquième version est tout à fait identique à la précédente, à ceci près que le montage d’un moteur à friction entraîne la disparition de l’orifice de la clé, et que le plancher est désormais strié. Équipée de jantes en métal brut, sa commercialisation débute en 1955.

Malle plate


En 1958, la sixième version dérive étroitement de la précédente, à l’exception de la mlle Speed, remplacée par une malle plate de série. Au bas de celle-ci figurent deux plaques d’immatriculation peintes en noir (toujours dépourvues de numéro minéralogique), encadrées de trois feux rehaussés de peinture rouge. Le plancher strié est identique à la précédente version, sinon que le porte-clé est revenu... Quant aux roues, elles sont en métal coulé et peintes.


Nouveau capot

En 1962, JRD entame la fabrication de son ultime 2 CV. C’est une berline qui adopte le nouveau capot et la calandre des modèles 1961. Toujours nickelée, cette dernière est désormais indépendante du pare-chocs et rapportée sur le capot. Également toujours nickelé, le pare-chocs adopte une forme plus conforme à la réalité. Le matriçage a été entièrement revu et si la septième version de la 2 CV JRD n’a toujours pas de portes, de capot et de coffre ouvrant, en revanche, l’emboutissage met en relief leurs contours. Les poignées ds portes sont rehaussées à la peinture argentée. Les roues sont identiques à la version précédente. Quant au plancher, s’il comporte toujours les mentions JRD avec ovale aveugle et Made in France, il offre cependant la particularité d’être parfaitement lisse sur cette ultime 2 CV. Conforme aux conditionnements destinés à protéger les 2 CV au 1/43, la boîte des 2 CV JRD en tôle devient orange...


Source : Mick Duprat - AUTOMOBILIA N° 46 - Septembre/Octobre 2000.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
 
Les 2 CV en tôle de JRD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: 2 CV de 1949 à 1990 : 3.868.634 ex.-
Sauter vers: