Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Ce sondage est ouvert à toutes et tous les collectionneurs passionnés. Il ne s'agit pas d'une opération commerciale et aucune adhésion à quoi que ce soit n'est demandée. Dès aujourd’hui, faites-vous connaître > ! D’avance merci

Partagez | 
 

 Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Ven 14 Oct - 14:06

Jean Dagonet a tout d’abord travaillé à améliorer les performances de la 2 CV A en modifiant sa petite mécanique de 375 cm3. A partir du mois de janvier 1955, il propose aussi une transformation de carrosserie tant moderne qu’originale.

Moins d’un an après la commercialisation des premières 2 CV A au cours de l’été 1949, de nombreux préparateurs et accessoiristes automobiles travaillent à améliorer les performances de cette petite voiture à la vitesse de pointe pourtant volontairement modeste. Parmi eux, Jean DAGONET, ancien minotier installé à Faverolles, petite commune de la Marne, alors âgé de 63 ans peut enfin assouvir sa passion pour la mécanique et l'automobile en général.

Il passe de longues heures dans ses ateliers. Il se fait remarquer dès 1952 par son ensemble cylindres-pistons adaptable. En portant la cylindrée d’origine du petit moteur de 375 cm3 à 425 cm3, il augmente notoirement ses performances, la vitesse passant ainsi de 60 à 70 kilomètres à l’heure.

L’année suivante, apparaissent les cylindres en aluminium à intérieur chromé. L’ensemble “DF (Dagonet Faverolles) Chrome”. est très recherché des collectionneurs, aujourd’hui ! Ceux-ci permettent encore de nouvelles performances pour la mécanique de la petite Citroën. Ainsi, une 2 CV Dagonet se fait-elle remarquer au Bol d’Or 1954.
Les ateliers de Faverolles disposent d’une large gamme de pièces permettant l’amélioration des capacités de puissance des moteurs de 2 CV. Ils proposent aux propriétaires intéressées des tubulures d’admission-échappement, divers carburateurs et des échappements simples ou doubles dont ils assurent le montage.

Mais, Jean DAGONET voulant assurer à sa voiture des possibilité d’accéder à de meilleurs résultats en course de rallyes et sachant qu’il n’irait pas beaucoup plus loin en terme de capacités mécaniques se décide à transformer l’aspect extérieur de son automobile. Ainsi il dessine les plans d’une 2 CV qu’il nomme DF Surbaissée. Surbaissée, elle l’est, à coup sûr, et allégée de surplus. Comme tout concepteur de voitures de course, il sait l’importance qu’à pour ce type de véhicule ce que l’on nomme le “CX”. C’est à dire, la résistance à l’air. Et quand on sait la cylindrée de cette 2 CV, on imagine aisément qu’il faut une bonne dose de conviction et de créativité pour donner à ce véhicule un aspect aérodynamique. Eh ! bien Monsieur Jean DAGONET ne manquait ni de l’un, ni de l’autre et grâce à une équipe de tôliers-formistes, il conçoit de rabaisser la 2 CV de 18 centimètres, hors tout et de transformer sa silhouette en lui donnant un air plus fuyant vers l’arrière. Le surbaissement du pavillon est ici, très important et le déplacement de cinq centimètres vers l’arrière du pied milieu et l’inclinaison augmentée de 12 degrés de l’inclinaison du pare-brise tendent tous à donner un air plus sportif évident.









Et Jean DAGONET, en homme averti des techniques à la mode de l’époque utilisera lce que l’on nomme “plastique” (fibre de verre et résine) à l’époque, afin de réaliser les sept éléments de carrosserie nécessaires à son prototype et applicables sur une base de 2 CV Citroën. Après avoir dessiné un gabarit ; Des moules en plâtre des éléments latéraux du pavillon, des portières avant et arrière, et du capot, étaient réalisés afin de pouvoir former le tissage en trois épaisseurs de tissu de fibre de verre enduit de résine. Le séchage étant rapidement obtenu par l’utilisation de lampes à rayons infrarouges. Les charnières nécessaires à l’assemblage des portières et du capot étaient noyés dans l’épaisseur des pièces légères et robustes ainsi obtenues. L’intérieur des portières étaient garni d’un flocage à base de fils de laine. Pour gagner encore du poids, le “Sorcier de Faverolles” a raccourci la capote d’origine afin de s’adapter à la nouvelle carrosserie et il fait réaliser une grande lunette en matière souple. Celle-ci permettant de supprimer l’entourage métallique, le joint en caoutchouc et la glace en verre. Les glaces des portières furent également remplacées par du Plexiglas.




Ces transformations permettent d’une part, un gain de poids évalué par Jean DAGONET, lui-même à 10 Kg., et son “CX” permet, d’autre part, de gagner 10 Km/h. en vitesse de pointe. L’abaissement du centre de gravité de la voiture lui assurant, quant à lui, une meilleure tenue de route.

Ces modifications font de la Citroën 2 CV, un véritable petit bolide, sportif, pour la joie de nombreux pilotes amateurs.

Jean DAGONET pensait que ces pièces fabriquées dans ses ateliers pouvaient être vendues à une clientèle d’amateurs, de pilotes de rallyes ou dévoreurs de kilomètres par ses agents détenteurs des plans de montage qui assureraient le montage et la peinture. Il espérait aussi que la vente à grande échelle de ces éléments permettraient une baisse des pièces en fibre de verre. Le coût de la transformation en 1955 pour transformer une simple 2 CV de 366. 000 francs s’élevait à 120. 000 francs !




Aujourd’hui, on dispose d’un nombre important de documents relatant cette aventure, mais, on est incapable de dire combien de ces voitures furent assemblées en ses trois versions. L’une avec la capote en toile, les deux autres, plus récentes disposant d’un pavillon en une seule pièce intégralement moulé en fibre de verre.

Tout ce que l’on sait, c’est qu’il reste trois 2 CV DF surbaissées !

Voici donc la 2 CV Dagonet dans ses différentes versions, enfin quelques unes car elles étaient toutes plus ou moins différentes.











Modèle encore très proche de la 2 CV dont elle reprend beaucoup d'éléments tôle de carrosserie. Notez les roues Robergel très rares sur les 2 CV

Evolutions 1955/56

1955
Ghislaine Civile
REIMS (548 CD 51)



Course
1000 Milles 1955





Nouvelle calandre


1000 Milles avec phares intégrés


1956
Marie France avec toit en tôle
Civile (991 AR 45)




Course
Liège-Rome-Liège (991 AR 45)


Phares intégrés dans les ailes avant

Celles présentées ici, sont datées de 1957.

Troisième calandre
Civile (999 EV 28)



Course






Une brochette de DF



Par contre celle-ci, complètement carrossée m'est inconnue, qui aurait des infos sur cette voiture ?


Merci à : forum-auto.com

2 CV "Dagonet" Berline surbaissée  jaune 1957 NOREV 1/43 Hachette "Collection 2 CV Citroën" N° : 12 - 2003

Une autre version de la 2 CV Dagonet est prévue dans la nouvelle collection Hachette - Auto Plus !


Dernière édition par PTIOTECARETE le Mar 11 Avr - 13:17, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Ven 14 Oct - 17:19

Voici un article paru dans L'automobile en 1956, et écrit par Claude Vogel, intitulé La 2 CV Dagonet choque... étonne… séduit !!


Nous avons essayé la voiture de Jean Dagonet. Cette voiture, les rallymen la connaissent bien. Pour les lecteurs non initiés, précisons qu'il s'agit de cette 2 CV Citroën à l'allure tout à fait personnelle qui, lors de la plupart des épreuves sportives des dernières années, s'est affirmée comme une étonnante voiture de sport aussi extraordinaire que cela puisse paraître. Au volant de cette voilure, Jean Dagonet s'est même permis "d'écoeurer" bon nombre de concurrents pilotant des véhicules plus puissants.

Au dernier Salon de l'Automobile, le constructeur de Faverolles (Marne) offrait, pour 730.000 francs, un coupé 2-4 places en plastique qui ne manquait pas d'allure. Mais nous tenions par-dessus tout à prendre en mains la voiture personnelle du constructeur, car il s'agit d'une sorte de laboratoire roulant qui a subi toutes les expériences qui ont permis la mise au point définitive du moteur D. F. Ce moteur existe en deux versions : 425 cm3 et 435 cm3, toutes deux issues en ligne directe du moteur 2 CV Citroën de série.

Tout comme le coupé présenté au Salon, la voiture que nous avons essayée était pourvue d'une carrosserie en plastique qui, elle aussi, fut entièrement construite sur des éléments de 2 CV. Encore la voiture qui nous fut confiée n'était-elle pas un prototype, puisque de nombreux exemplaires circulent en France. L'écurie Orléans et l'écurie Lorraine en particulier utilisent plusieurs 2 CV Dagonet pour le plus grand bien de leurs palmarès. Au moment où nous avons pris cette voiture en mains, elle accusait plus de 60.000 km.

La voiture Dagonet dont nous disposions, était équipée d'un moteur 435 cm3. Ses caractéristiques techniques sont proches de celles du moteur de série. Le rapport alésage - course, par exemple, est de 66,9 x 62 mm. ; avec un taux de compression de 8,3, cette mécanique développe 19 ch à 5.000 tours/minute. Le régime maxi de ce moteur se situe à près de 6.000 tours/minute. L'embiellage est revu et corrigé et les chemises d'origine sont remplacées par des chemises chromées, spécialités de la marque. Le moteur D. F. est alimenté par un carburateur double corps Zénith 32. monté sur une tubulure d'admission spéciale. Dagonet a conservé sur cette voiture le réservoir d'essence d'origine, qui a une contenance de 20 litres. Mais une pompe électrique montée à demeure dans le coffre arrière, peut, à tout instant, envoyer au carburateur l'essence qu'elle puise dans un jerrican.

Les tubulures d'échappement sont également une fabrication maison. Quant au système d'échappement, il ne subsiste plus qu'un pot sur les deux qui figurent sur la 2 CV d'origine et les gaz y passent à peu près librement au détriment certes, du silence. Le graissage se fait sous pression. Le radiateur d'huile de série est conservé. Ainsi que le carter de 2 litres. L'allumage est assuré par un rupteur électrique ; mais cette voiture est équipée de deux batteries 6 volts 50 ampères-heures : on peut passer à volonté de l'une à l'autre par le simple jeu d'une tirette, ce qui, en rallye, présente une sécurité quasi indispensable.

L'embrayage est du type monodisque à sec. Le dispositif d'embrayage semi-automatique centrifuge est supprimé. La boîte de vitesses est celle qui équipe les voitures de série. L'étagement des quatre rapports est satisfaisant et chacun d'eux monte suffisamment haut. La position du levier de vitesses sur le planche de bord est conservée. mais il est sur cardan voiture rigoureusement exempt de vibrations. La transmission attaque les roues avant, mais les cardans sont équipés de joints Glaenzer homocinétiques qui évitent à la voiture de hoqueter en virage.

La direction est à crémaillère comme sur les productions du quai de Javel ; le rayon de braquage est, là aussi de 5 m 50.

C'est a dessein que nous avons qualifié ce moteur de pétillant. En effet, il faut beaucoup d'imagination pour reconnaître en lui un 2 CV Citroën. Les accélérations sont franches, les reprises honorables. Quant à la vitesse de pointe, elle est sur l'anneau de vitesse de Montlhéry. de 104 km. 246 ; sur route plate, elle dépasse 110 km./h. ; des moyennes de 90 km./h. sont réalisées en toute quiétude. Le conducteur sportif pourra se permettre de réaliser des moyennes encore supérieures, grâce à l'extraordinaire stabilité de cette voiture en virage. A l'approche d'une courbe, il n'est point nécessaire de lever le pied, quelle que soit la vitesse acquise et sur des routes sinueuses, on n'éprouve plus du tout l'impression d'être un gêneur ; bien au contraire, on regrette la relative lenteur des autres véhicules.

Nous avons pris livraison de la 2 CV Dagonet à Faverolles même et par chance, ce jour-là, la route était rendue extrêmement glissante, car recouverte de pulpes de betteraves. De plus, il pleuvait abondamment. Ceci nous a permis de mettre à contribution la tenue de route de la voiture. Or, l'une des principales qualités de la Dagonet est qu'elle conserve sa stabilité quelle que soit la vitesse sur tous les revêtements. II est vrai que le centre de gravité, particulièrement bas, ne pouvait qu'ajouter encore à la tenue de route légendaire de la 2 CV. Par ailleurs, la suspension d'origine est bridée par deux amortisseurs Koni montés longitudinalement, ce qui supprime à peu prés complètement les mouvements de roulis et de tangage. En virage serré seulement, la caisse prend une inclinaison importante ; encore le retour à la normale s'opère-t-il très rapidement. Au bout de quelques kilomètres, on se sent parfaitement à l'aise au volant de cette voiture et l'on en vient à réaliser d'authentiques prouesses sous le regard médusé des autres automobilistes.

Quant à la consommation, elle est augmentée certes, mais dans des limites tout à tait raisonnables, puisqu'à près de 80 km./h. de moyenne sur un circuit particulièrement tourmenté, elle n'excède pas 8 litres aux 100 km.

Nous pensons donc sincèrement que la 2 CV Dagonet, outre qu'elle est une voiture de rallyes consommée (ses performances et les moyennes réalisables correspondent très exactement aux exigences actuelles des règlements sportifs) est aussi une voiture de tourisme tout à fait valable et en tous cas extrêmement agréable a conduire. En ville même, elle est suffisamment souple, mais aussi suffisamment puissante pour qu'il ne soit plus nécessaire de garder constamment la main sur le levier de vitesses ; sa maniabilité enfin lut permet de se faufiler entre les autres véhicules avec beaucoup d'aisance. Tout au plus la direction gagnerait-elle à être plus souple. Les freins qui équipent la 2 CV D. F. sont les freins de série ; leur efficacité n'est pas critiquable. II est pratiquement impossible de les prendre en défaut aussi prolongé que soit l'effort qu'on leur impose. Le frein à main est réglé avec beaucoup de précision et immobilise réellement la voiture à l'arrêt. Son cliquet est renforcé et on peut lui accorder une confiance presque absolue.

Une Ligne très personnelle une structure robuste.

Nous livrons en vrac quelques réflexions émises de part et d'autre par des curieux qui considéraient la 2 CV Dagonet : jolie .. originale... bizarre... ridicule ! Jolie, certes pas, mais le but du constructeur n'était pas non plus de réaliser une voiture de luxe. II tenta à l'origine une expérience qui s'avéra fructueuse d'où l'esthétique était complètement exclue.
Originale, incontestablement. II s'agit en effet d'une carrosserie surbaissée, entièrement réalisée en polyesters stratifiés, édifiée, nous le répétons, sur la plate forme strictement de série de la 2 CV Citroën. Une telle tentative supposait au départ une belle dose d'optimisme et d'originalité.

La voiture que nous avons essayée avait un passé sportif chargé ; sa carrosserie ne paraissait pas avoir souffert des mauvais traitements qu'on lui avait fait subir. Elle était en tous cas rigoureusement exempte de bruits parasites.
Bizarre si l'on veut, mais il faut admettre alors que tout ce qui s'éloigne des canons officiels, des us et coutumes est bizarre Ridicule, absolument pas. Mais il faut dire à la décharge des personnes qui émettaient cette opinion, qu'ils ignoraient qu'il s'agissait d'une 2 CV Citroën et que, lorsqu'on le leur apprenait, ils changeaient immédiatement d avis.
Pour notre part, la 2 CV Dagonet nous a séduits tant par ses performances que par l'originalité et la robustesse de sa structure.
Dagonet a eu enfin le bon esprit de conserver les 4 places véritables de la 2 CV Citroën, ainsi que son vaste coffre arrière.
Quant à l'aménagement intérieur, il était sur cette voiture de rallye extrêmement complet, trop complet même pour une voiture d'usage courant tant il est vrai qu'un conducteur moyen n'éprouve pas le besoin d'utiliser un laboratoire roulant. Ce laboratoire-là était en tous cas fort bien conçu.

CONCLUSION
Les voitures de petite cylindrée ont de tous temps excité l'imagination des inventeurs et ont donné naissance à une floraison de transformateurs de tous crins. La 2 CV Citroën n'a pas échappé à ce destin, elle qui par destination, semblait devoir échapper à toute tentative de gonflage. Cet essai nous a convaincus que Jean Dagonet a réussi dans sa tâche... lui sans qui les 2 CV ne seraient que ce qu'elles sont. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
Clôd



Messages : 2
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Jeu 24 Nov - 16:47

Bonjour,

Je me suis permis d'apporter quelques commentaires (en italique bleu) à votre post. Et en particulier une réponse à votre question.

AMIcalement.

Claude

PTIOTECARETE a écrit:



Cette 2cv n'est pas une 2cv Dagonet. Bien qu'il y ai beaucoup de similitudes, on notera que le surbaissement de la carrosserie ne relève exclusivement que d'un "top-chop" (rabaissement du toit) tandis que sur les 2cv Dagonet, si on peut considérer que le toit se retrouve rabaissé du fait d'une inclinaison accentuée de la baie de pare-brise, le surbaissement de la carrosserie est surtout du à un "sectionning", la suppression d'une épaisseur dans la longueur de la carrosserie.
Cette 2cv, engagée au Rallye International des Charentes de 1956 n'est pas la seule, elles étaient deux de ce type. Il semble qu'elles aient été réalisées par un mécano ou carrossier de Limoges, mais je n'en sais pas plus. Sur le site de Christian Claude, photographe pro qui avait couvert ce rallye pour un journal local, on peut avoir d'autres vues de ces voitures où l'on identifie bien les différences par rapport à la 2cv Dagonet :http://www.christian-claude.com/rallye_charente_56_m.htm


Voici la Dagonet personnelle de J Dagonet, dans sa version "Ghislaine" revenant des Mille Miglia 1955. Ce n'est pas la première 2cv surbaissée que fera J Dagonet. La première, une 2cv de 50 ou 51 a connu dans un premier temps les mécaniques modifiées (kit 425 D.F Chrome). J Dagonet a particpé au Bol d'Or 54 avec, puis l'auto fut accidentée. Elle fut alors reconstruite et reçu la première carrosserie surbaissée, avec un capot fait en tôle, à partir du capot d'origine, sans la calandre "haricot". Il est bien possible que cette première 2cv a carrosserie surbaissé soit celle que l'on retrouve entre les mains de Seibert plus tard (voir plus bas).
La 584CD51, voiture personnelle de Jean Dagonet, connaitra toutes les versions de carrosserie des Dagonet (c'est toujours elle que l'on voit dans la série de photo faites par Dagonet pour présenter son modèle "Marie-France" et c'est elle qui sera essayée par Claude Vogel en 1956).
C'est à la base une 2cv de 1955 à ressorts apparents.
Dans sa toute dernière version, on la verra, en particulier au Rallye de l'Orléannais 56 ou 57, avec un capot monobloc (ailes avant soudées au capot), reprenant le style général du capot à calandre ovale des Marie-France, mais plus plat (d'aucun diraient même "écrasé" et avec un "spoiler", un becquet (? à l'avant en dessous du capot c'est toujours un becquet ?)







Caisse de "Marie-France", capot de Ghislaine, cette 2cv Dagonet à participé à de nombreuses compétitions (ici le Liège Rome Liège de 1955) pilotée par Claude Laurent (qui n'en était cependant pas le propriétaire). Elle recevra par la suite les nouvelles ailes avant à phares intégrés.


Une "Ghislaine au Rallye de l'Orléannais en 55 ou 56, pilotée par Denis Maupin, je crois.
Celle-ci a été pilotée par un certain Seibert. On m'a raconté, mais rien n'est sur, que ce Monsieur, marchand de vins de son état, servait de "pilote d'essai" à Dagonet. L'immatriculation de cette auto m' longtemps intrigué. Il s'avère qu'elle correspondrait à un système d'immatriculation pour les français résidents en Sarre à l'époque où les forces aliiées, après guerre, "occupaient" certaines régions d'Allemagne.
Dès mai 1955, cette voiture bénéficie des ailes avant à phares intégrés. Ces dernières sont d'ailleurs légèrement différentes de celles qui seront montées plus tard sur les "Marie-France" (bourrelet sous le phare, phares plus grands). On la voit ici telle qu'elle était au Mille Miglia 1955 où elle a terminé 1ère de toutes les 2cv Dagonet inscrites (à savoir 7), et, je ne me souviens plus bien du classement exact, mais je crois bien aussi première de sa catégorie.



Par contre celle-ci, complètement carrossée m'est inconnue, qui aurait des infos sur cette voiture ?


Celle-ci est la dernière évolution de carrosserie de la 2cv Dagonet que proposera J Dagonet au salon de Paris 1956. Elle se nomme "Chantal". (Chaque 2cv Dagonet avait un nom de jeune fille, "Ghislaine" pour les carrosseries surbaissées à toit en toile, "Marie-France" pour celles à toit en dur et "Chantal", donc, pour cette dernière).


Dernière édition par Clôd le Jeu 24 Nov - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Jeu 24 Nov - 17:05

Merci Claude pour toute ces précisions, tu es un vrai "expert" des Dagonet.

Je confirme la réponse à ma question concernant le coach original, tout en plastique, modèle 57 (Eh ! oui, à cette époque les années-modèle étaient datées de l'année suivant leur présentation au Salon de Paris). Je disais donc, ce véhicule aura une diffusion limitée due à son prix élevé !







Photos plus nettes

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Mer 16 Nov - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
Trouille



Messages : 1
Date d'inscription : 29/02/2016

MessageSujet: 1952 - 1957 : Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles”    Lun 29 Fév - 22:02

Pour ce sujet je joins une photo de la 2 cv Dagonet à toit en dur, et qui porte le nom de "Chantal". C'était la dernière...
Revenir en haut Aller en bas
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mer 16 Nov - 18:27

Bonjour,

aujourd'hui, je me suis mis à rechercher et, à remettre les docs et photos qui illustraient mon article sur ce carrossier "fou" qui pensait moderniser la 2 CV.

Se faisant, j'ai trouvé d'autres illustrations et documents que j'ai intégrés directement dans mon texte mais, j'ai aussi décidé d'en mettre en RAB pour la version "Chantal", toute re-carrossée en 1956 et, qui faisait l'objet de commentaires dans la presse en mars 1957:




J'y ajoute une photo de l'atelier où on la produisait:


Ainsi qu'un croquis d'un coupé signé DF qui, bien qu'inspiré par la "Chantal" me laisse à penser au coach 2 CV dessiné par Philippe Charbonneaux a été carrossé par Pacaud.




Et, là, j'apprends que: "En 1952, Charbonneaux étudia à la demande de Dagonet un coach sur base Citroën 2 CV. La réalisation fut confiée à Pacaud installé à Reims. La lenteur de ce carrossier incita Charbonneaux à récupérer la voiture dans l'état d'avancement dans laquelle elle se trouvait, pour la confier à un autre atelier installé à Saint Cloud en région parisienne. Nombre de pièces furent empruntées au coupé Simca Sport. Cette voiture rencontra un succès incroyable, en particulier dans les concours d'élégance."

Source: mon ami André Leroux, sur son blog!
Merci! study  Arrow  Idea



On retrouve également ce style chez > UMAP qui doit s'en être inspiré  drunken


Ah! les copains des copains!  pirat


A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PIJO3007

avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 05/05/2012
Localisation : 30129 MANDUEL

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mer 16 Nov - 19:12

Bonsoir
Voilà des précisions sympas ! cheers

je ne connaissais pas CHANTAL ! bounce
Mais concernant la "Charbonneaux" voici deux photos :





a+
JP
Revenir en haut Aller en bas
http://la-licorne-autos.forumactif.org/
PIJO3007

avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 05/05/2012
Localisation : 30129 MANDUEL

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mer 16 Nov - 19:21

La presse de l'époque en était amoureuse !



Revenir en haut Aller en bas
http://la-licorne-autos.forumactif.org/
PIJO3007

avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 05/05/2012
Localisation : 30129 MANDUEL

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mer 16 Nov - 19:27

Revenir en haut Aller en bas
http://la-licorne-autos.forumactif.org/
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Jeu 17 Nov - 11:15

Bonjour Jean-Pierre et, tous les autres,

je vois que tu suis assidument mes propos sur le forum et, que tu possèdes une belle collection de documents et de photos que tu n'hésites pas à PARTAGER avec nous tous cheers

C'est toujours un plaisir que d'en prendre connaissance et, j'espère que cela donnera des idées à ceux qui hésitent encore à nous montrer leurs "trésors". Avec ceux qui agrémentent les rubriques d'illustrations imprimées ou photographiques, tu fais avancer grandement le sujet de la Grande Aventure Citroën... Laughing

Merci à vous tous bounce

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Jeu 17 Nov - 11:26

Bonjour,

j'ajouterais aux documents postés par Jean-Pierre, ceux-ci:


Photo issue du N° 50 de juin-juillet 2005 de CITROPOLIS


planète 2 CV N° 55 d'avril-mai 2006 p. 18 (je ne possède pas ce magazine, si vous voulez bien illustrer avec un scan de l'article ?)

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
voitureminiature



Messages : 126
Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 64
Localisation : 02690 ESSIGNY LE GRAND - AISNE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Lun 22 Mai - 19:25

Bonjour,
L' un d' entre vous sait-il s' il y a eu des 2CV Dagonet cabriolet?
Merci d' avance
Revenir en haut Aller en bas
http://autosminiatures.free.fr
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mar 23 Mai - 10:30

voitureminiature a écrit:


Bonjour,
L' un d' entre vous sait-il s' il y a eu des 2CV Dagonet cabriolet?
Merci d' avance


Bonjour Gérard et, tous les autres,

je ne connais pas tout des réalisations de Jean Dagonet et des autres mais, le but de ce carrossier était de donner une silhouette un "peu plus aérodynamique" à notre brave 2 CV.
A lire l'article, on comprend qu'il a réalisé des "moules" pour en tirer des caisses en fibre de verre d'une pièce...
Ces voitures ont surtout été utilisées en "courses" et, la version cabriolet, même si ces autos étaient très fragiles n'auraient pas été suffisamment sures pour accuser des chocs même à faible vitesse. Jean Dagonet avait recherché une évolution sportive de la 2CV qui, d'ailleurs, est passé à 3CV sans recherche d'esthétique ! Alors, un cabriolet ??? scratch

Maintenant, il y a eu tellement de "bidouilleur" qu'un d'entre eux en a commis une à un moment ou un autre. Le pavillon d'une pièce en polyester étant facilement re-coupable Exclamation Question

La parole est donné aux spécialistes de la chose qui nous en apprendrons peut-être beaucoup sur cette improbable évolution drunken

A tantôt
Alain Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
voitureminiature



Messages : 126
Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 64
Localisation : 02690 ESSIGNY LE GRAND - AISNE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mar 23 Mai - 11:59

Bonjour Alain,
Merci pour ces explications.
Je pose la question car j' en ai vu une en miniature faite par un bidouilleur.
Bonne journée à tous
Revenir en haut Aller en bas
http://autosminiatures.free.fr
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mar 23 Mai - 12:13

voitureminiature a écrit:
Bonjour Alain,
Merci pour ces explications.
Je pose la question car j' en ai vu une en miniature faite par un bidouilleur.
Bonne journée à tous

J'ai bien vu des C4F à 6 roues lol!

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
voitureminiature



Messages : 126
Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 64
Localisation : 02690 ESSIGNY LE GRAND - AISNE

MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    Mar 23 Mai - 12:33

Oui, parfois on voit tout et n' importe quoi.
Quand je fais une transfo c 'est toujours un modèle qui a existé
Revenir en haut Aller en bas
http://autosminiatures.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :    

Revenir en haut Aller en bas
 
Citroën et Jean Dagonet, le “Sorcier de Faverolles” 1952 - 1957 :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Citroën de Jean-Marie
» Quizz Citroën
» Citroën C4 Heller Tsjoen-Chevallier
» Transport Citroën
» Citroën Kégresse P28

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: Prototypes, véhicules d'essais, projets et autres modifications-
Sauter vers: