Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Cabriolets “Usine” de Chapron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3181
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Les cabriolets DS AU 1/43   Mar 4 Oct - 14:55

Parmi les cabriolets DS reproduits au 1/43 et aux échelles voisines, les modèles les plus réalistes coexistent avec les versions les plus extravagantes... ou les plus exotiques.

L’idée de réaliser, dès 1958, un cabriolet à partir d’une berline DS est venue du carrossier Henri Chapron. Dans un premier temps, ces cabriolets DS sont fabriqués à l’unité et commercialisés par le carrossier parisien lui-même. Puis, dans un deuxième temps, une petite série est réalisée, toujours par Chapron, mais pour être distribuée exclusivement par le réseau Citroën. Ce cabriolet dit “d’usine” se démarque des précédents par une sobriété mettant beaucoup mieux en évidence les lignes fluides de la célèbre Citroën. Ce sont ces modèles qui ont eu le plus souvent les honneurs du 1/43.

Le cabriolet JRD

Premier du genre, le cabriolet de JRD est un millésime 1960, reconnaissable à ses “cendriers” au dessus des ailes. Il eut une vie tumultueuse, puisque mis en circulation une première fois en 1961...

Image hébergée par servimg.com
Cabriolet DS 19 1960 1/43 JRD Réf. : 152 - 1961

Il disparut quelques mois plus tard... avant de réapparaître, en, en 1986, réédité par la Société nouvelle JRD. Dans l’un et l’autre cas, la carrosserie des JRD est en métal injecté à l’échelle du 1/41. Les garnitures intérieures, le volant et le pare-brise sont en matière plastique. Chaussées de pneumatiques en caoutchouc blanc, les roues métalliques sont montées sur des suspensions réalistes. Les enjoliveurs dont les fameux “cendriers”, les phares, les grilles de capot sont rehaussés à la peinture gris métal. JRD, Jep et Crio seront les seules marques à commercialiser des cabriolets de ces grilles d’ailes aussi peu esthétiques qu’éphémères. La différence entre la première édition, référencée 152, et la seconde, référencée 162 (produite par JRD deuxième mouture) concerne essentiellement la variété des couleurs, plus riche sur cette dernière.

Image hébergée par servimg.com
Cabriolet DS 19 1960 1/43 JRD Réf. : 162 - 1986

Le cabriolet Norev

Le cabriolet DS 19 produit par Norev dans les ateliers de Lyon-Villeurbanne est à l’évidence un modèle 1963, reconnaissable à sa proue modifiée. Toutefois, ses enjoliveurs de roues évoquent assez ceux dont Chapron équipait, dans le même temps, son cabriolet Palm Beach. Mais comme Norev dote alors toutes ses voitures des mêmes roues... Au 1/43 et portant la référence 88, cette DS 19 bénéficie, comme toutes les anciennes productions de la marque, d’une fabrication faisant intégralement à la matière plastique, à l’exception des axes des roues métalliques. Parmi les cabriolets DS 19 au 1/43, la version proposée par Norev est la seule à bénéficier d’un coffre et de portes réellement ouvrants, ce qui représente un attrait indéniable aux yeux des jeunes garçons il y a 50 ans. Cette formule facilité la mise en valeur de l’aménagement intérieur (noir, gris ou rouge), avec sièges avant basculant. Les phares sont des pastilles jaunes en matière plastique rapportées et l’on trouve à leur base, réellement creusées dans la carrosserie, les entrées d’air destinées au refroidissement des disques de freins. Les pare-chocs (avec plaques 1276 CL 69) et les enjoliveurs sont pseudo chromés. En 1991, dans sa série Norev Collection, le fabricant lyonnais a réédité ce modèle. toutefois, celui-ci n’est plus en matière plastique mais en métal injecté.

Image hébergée par servimg.com

La Citroën DS 19 cabriolet est l’objet fétiche par excellence ! Elle possède plusieurs parties ouvrantes : le coffre et les portières. Le pare-brise est délicatement encastré. L’aménagement intérieur est soigné avec un tableau de bord indépendant et des sièges qui se rabattent. réf. : 88

Récemment, il a été choisi pour accompagner la première édition d’une encyclopédie sur les autos françaises commercialisée chez la plupart des marchands de journaux.

Image hébergée par servimg.com
DS 19 Cabriolet sièges rabattables et capote ouverte bordeaux, intérieur crème 1962/64 NOREV 1/43 Hachette - "Voitures françaises de collection" N° : 1 - 2002 (Réédition du premier modèle Norev, mais il n’y a plus d’ouvrants !)

Le “torpédo” de Minialuxe

Minialuxe fut, un certain temps, la firme concurrente de Norev, non pas pour la quantité (inférieure chez Minialuxe) ou la qualité (d’un niveau similaire), mais pour l’usage systématique de la matière plastique et pour la modestie des prix de vente liée à l’emploi de cette matière. Toutefois, une différence notoire existe entre les deux cabriolets DS 19 produits par ces deux marques. Celui de Minialuxe est un “torpédo” quatre portes, munies de leur poignée, avec ailes arrières non échancrées. Le pare-brise est un élément transparent comportant les vitres latérales baissées dans les montants internes des portes. Les enjoliveurs de roues seraient ressemblant si au lieu d’être rouges, ils étaient chromés comme le sont les pare-chocs avant et arrière. Les roues suspendues, les pneumatiques blancs à crampons et la capote noire baissée sont plus classiques. Citons l’existence d’une rare variante “promotionnelle”, arborant sur ses flancs une publicité thermogravée en lettres dorées pour la firme Delespaul. cette rareté fait oublier, fort heureusement, l’absence de réalisme et de finition de ces modèles.

Image hébergée par servimg.com

Venu du froid

Chacun des cabriolets énumérés dans cet article présente une caractéristique particulière (portes ouvrantes, quatre portes, cendriers d’ailes, ailes échancrées ou non, entre autres distinctions). Réalisé au 1/43, celui de la marque norvégienne Tomte Lardal (Réf. : 21) se démarque des autres productions par sa réalisation en matière plastique souple moulée. Teintée dans la masse, parfaitement flexible, la carrosserie englobe aussi les passagers. Trois figurines assises sur les sièges (un couple à l’avant, un enfant à l’arrière) sont coulées en même temps que la miniature. Le soubassement est dépourvu de plate-forme et les axes des roues, garnies de pneumatiques en caoutchouc noir, sont directement raccordés à des fixations coulées à même la carrosserie. En matière plastique transparente, le pare-brise sans montant est inséré dans le corps de la carrosserie. Là encore, il s’agit d’un “torpédo” puisque l’auto est pourvue de quatre portières. Comme sur la berline, les ailes arrières ne sont pas échancrées et recouvrent les roues. Petit détail susceptible de faire bondir les puristes, ce “torpédo” DS 19 comporte un volant à... trois branches.

Image hébergée par servimg.com
Cabriolet DS 19 “torpédo” Tomte Lardal également commercialisé sous la marque Stavanger qui est le nom de la ville norvégienne dans laquelle étaient installés les ateliers de Tomte Lardal.

Au pays du soleil levant

Avec Bandaï et Amico Toys, à d’autres échelles, la firme japonaise Diapet s’est penchée sur le porte-drapeau du Quai de Javel. La production de ce fabricant est considérable. Dans la mesure où la plupart de ses modèles sont d’origine japonaise, son cabriolet DS 19 constitue vraiment l’exception qui confirme la règle. Il s’agit d’une belle réalisation au 1/41, reproduisant un modèle de la première version. Réalisé en métal injecté, sa production commence en 1961. De plusieurs couleurs, la carrosserie et l’intérieur constituant un seul et unique élément, sont rapportés sur une plate-forme en tôle pourvue d’une suspension et de roues à jante blanche à enjoliveur chromé. Le pare-brise sans montant est réalisé en matière plastique transparent et divers éléments tels que les pare-chocs ou les portières des phares sont nickelés. Le programme de fabrication de Diapet est poursuivi, à partir de 1964, par une autre marque japonaise, Cherryca Phenix. celle-ci conserve le cabriolet DS 19 d’origine Diapet dans son catalogue. Les seules modifications enregistrées concernent les couleurs, les roues et le volant.

Image hébergée par servimg.com
Cabriolet DS 19 1960 Diapet (japonais) 1/41 - 1961 en 1964, c’est la marque japonaise Cherryca Phenix qui poursuit la fabrication avec volant, roues de couleurs différentes.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3181
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Les Cabriolets “Usine” de Chapron   Mar 1 Nov - 19:11

Image hébergée par servimg.com

Apparus 5 ans après les berlines DS et ID, les cabriolets figurent au catalogue Citroën d’octobre 1960 à août 1971.

Ces cabriolets - bien que réalisés par Chapron - sont communément appelés cabriolets “usine”, par opposition aux autres transformations de Chapron sur DS : Palm Beach ou Croisette, par exemple. Cet article ne traite que des cabriolets “usine” construits à un peu plus de 1.000 exemplaires.

Henri Chapron, installé à Levallois depuis 1923, se trouve au lendemain de la guerre confronté à la tendance technique qui peu à peu avait fait disparaître les châssis. En effet, la plupart des monocoques n’offraient pas une rigidité suffisante ou demandaient un trop grand nombre de modifications pour rendre aisée la transformation en cabriolet.

Sur les DS, c’est la plate-forme qui assure presque entièrement la rigidité de l’ensemble. Les pieds-milieu de petite taille et le pavillon en plastique ne participent que faiblement au renforcement du tout. Transformant, dès 1958, la DS en cabriolet pour son propre compte, Henri Chapron est appelé à réaliser pour Citroën un cabriolet exclusif et d’une fabrication originale.

La préparation de la plate-forme
La plate-forme, fabriquée à l’usine de Javel, comporte toute la mécanique, le capot, les ailes avant, la baie de pare-brise et les roues. dans un carton, s’entassent des accessoires divers comme les pare-chocs, les manivelles et crémaillères de glace, etc... Les plate-formes transportées de Javel à Levallois par les transports Bodemer, reçoivent dès leur arrivée un numéro d’identification et une protection des organes de suspension. Certains, en voyant rouler ce curieux véhicule rue Aristide Briand, ont longtemps pensé que les plate-formes arrivaient à Levallois par la route. En fait, si les transports Bodemer avaient l’autorisation de bloquer le quai de Javel au moment de l’embarquement, les camions devaient bien souvent décharger les véhicules dans les rues voisines des établissements Chapron.

Image hébergée par servimg.com

Le longeron transversal, au centre du véhicule, est doublé d’une tôle de renfort de 1 mm. d’épaisseur, ainsi que les deux longerons latéraux. La tablette arrière et le pied arrière sont modifiés pour pouvoir accueillir le capotage. Les modèles Citroën “usine” conservent le pare-brise d’origine alors que les modèles “Chapron” sont équipés d’un pare-brise moins haut qui nécessite la découpe et le renforcement de la baie de pare-brise.

La plate-forme est alors habillée d’un gabarit fait de tubes soudés qui va permettre le montage des éléments intérieurs.

Image hébergée par servimg.com

Les flancs de boite à capote sont soudés à l’arc sur les longerons ainsi que la cornière qui rejoint les deux flancs pour séparer le coffre de l’habitacle. Le sommet des passages de roues arrière est habillé de tôles de liaison destinées à la fixation des éléments de carrosserie. Le montage définitif de la plate-forme s’achève par la mise en place de la tôle support de gâche pour couvercle de malle et par le soudage de la tôle d’habillage pour repose capote.
Image hébergée par servimg.com

La carrosserie
La partie arrière est réalisée en six éléments (deux traverses et chaque aile arrière en deux parties). Cet ensemble en tôle d’acier est assemblé par soudure sur un marbre de montage. Sur la photo, les traits blancs réalisés avec du ruban adhésif matérialisent les soudures qui, une fois meulées et étamées, sont pratiquement invisibles.

Image hébergée par servimg.com

Un gabarit de 142,5 mm., positionné entre les supports gauche et droit de plaque mobile de capotage (à hauteur de pied arrière), permet de maintenir constant l’écartement des flancs de boîte à capote. L’ensemble arrière est soudé à l’arc sur la plate-forme, puis équipé du renfort bois de ceinture de dormant.

Chaque porte, plus longue (de 18 cm.) que celle de la berline, est réalisée à l’aide de deux portes d’origine. Un gabarit monté à l’emplacement futur de la vitre latérale permet la mise en place des portes et du capotage. Ces deux éléments doivent être positionnés et réglés l’un par rapport à l’autre avant de procéder à l’alignement des ailes avant et du capot avec les portes. Le couvercle de la malle est en polyester armé de fibre de verre ; il se monte sur des charnières réglables. A ce propos, lors d’un réglage ultérieur, il est impératif de veiller à ne pas trop serrer l’entrebaillement, car il serait impossible d’ouvrir à nouveau le couvercle. Le montage se termine par l’ajustage d’une traverse en bois sur la baie de pare-brise destinée à recevoir les attaches de capote. La fabrication proprement dite s’arrête là et laisse place à l’étamage et au ponçage des imperfections, à la peinture, à la mise en place du capotage, des garnitures intérieures et des sièges.

On comprend mieux pourquoi, il y a une telle différence de prix entre une berline et un cabriolet DS !

Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com

Source : JAVEL N° 1 / JAN 1981


Image hébergée par servimg.com
DS 19 Cabriolet "Usine" rouge Corail, scellerie noire 1961 UNIVERSAL HOBBIES 1/43 Atlas - "DS Collection" N° : 1 - 2006

Image hébergée par servimg.com
DS 19 Cabriolet décapoté vert clair métallisé, scellerie noire 1961 SOLIDO série 4500 1/43 Sixties 2000 Réf. : 4569 - 2002

Image hébergée par servimg.com
DS 19 Cabriolet capoté jaune paille, capote marron "CITROMINI" Le club des miniatures CITROËN 1961 SOLIDO 1/43 Sixties Réf. : 15027600 (4599) - 2005

Image hébergée par servimg.com
DS 19 Cabriolet "Usine" bleu métallisé 1961 UNIVERSAL HOBBIES 1/43 Atlas "Passion Citroën" N° : 10 - 2005

Image hébergée par servimg.com
DS 19 Cabriolet Siéges rabattables et capote ouverte bordeaux, intérieur crème 1963 NOREV 1/43 Hachette - "Voitures françaises de collection" N° : 1 - 2002

Image hébergée par servimg.com
DS 21 Cabriolet décapoté Gris scellerie rouge et capote noire 1970 NOREV 1/43 Atlas - "DS Collection" N° : 7 - 2006

Image hébergée par servimg.com
DS 21 Cabriolet décapoté, rouge Corrida à scellerie noire 1972 NOREV 1/43 Hachette "Voitures françaises de collection" N° : 98 - 2006


Dernière édition par PTIOTECARETE le Lun 8 Avr - 17:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
FB 59

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 59
Localisation : quesnoy sur deule 59

MessageSujet: Re: Les Cabriolets “Usine” de Chapron   Mer 6 Mar - 1:49

Les versions automany devenues original miniatures et une transformation signee FB59

Revenir en haut Aller en bas
FB 59

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 59
Localisation : quesnoy sur deule 59

MessageSujet: Re: Les Cabriolets “Usine” de Chapron   Mer 6 Mar - 1:55

une transformation de la ds 19 cabriolet de norev collection presse
avec un chassis de maquette Heller au 1/43



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Cabriolets “Usine” de Chapron   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Cabriolets “Usine” de Chapron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SM CHAPRON et BX Rallye dans un vide grenier ! ! !
» Citroen SM Tissier, DS Chapron etc
» Citroen SM Tissier, DS Chapron etc
» Delahaye 135 coupé Chapron
» Chapron 1/18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: DS de 1955 à 1975 : 1.456.115 ex.-
Sauter vers: