Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Ce sondage est ouvert à toutes et tous les collectionneurs passionnés. Il ne s'agit pas d'une opération commerciale et aucune adhésion à quoi que ce soit n'est demandée. Dès aujourd’hui, faites-vous connaître > ! D’avance merci

Partagez | 
 

 Les utilitaires Citroën en "plâtre et farine" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Les utilitaires Citroën en "plâtre et farine" ?   Mar 27 Déc - 18:49

Des Citroën en “matière plastique” !

Dans l’univers des miniatures, si l’on connaît le plomb, la tôle, le zamak, le plastique, en revanche la composition dite “plâtre et farine” est bien mal connue.

En toute logique, le “plâtre et farine” devrait plutôt se nommer “farine et plâtre” puisque c’est dans cet ordre que sont employés ces ingrédients pour obtenir la matière finale. La technique utilisée pour l’obtenir consiste, en effet, à déposer dans un moule de la pâte de farine de blé afin d’obtenir un “pain” après cuisson. ledit “pain” est ensuite trempé dans du plâtre avant d’être verni. sur ce verni est ensuite déposé la peinture.

Attention, toutefois ; si cette technique est grandement utilisée avant la seconde guerre mondiale pour la fabrication de petits soldats, en revanche, on ne fait jamais appel à elle pour la fabrication de miniatures automobiles. La matière qui donne cet aspect rustique à ces dernières est tout simplement désignée “matière plastique” ! Il s’agit d’une fine et malléable terre glaise diluée avec de l’eau, communément appelée “barbotine” dans le milieu des arts plastiques. Cette “barbotine” est ensuite coulée dans des moules aux formes de la miniature. Après démoulage, les deux demi-pièces obtenues sont raccordées entre elles. A la suite d’une première évaporation naturelle de l’eau, les miniatures sont cuites au four à haute température donnant ainsi des miniatures en grès prêtes à être décorées.

Cette technique est alors dénommée officiellement “matière plastique” par le fabricant de jouets CIJ (Compagnie industrielle du jouet) implanté à Briare (Loiret). CIJ est le premier et le seul à utiliser ce procédé particulier de fabrication permettant d’obtenir ce qui peut être considéré comme le première de toutes les “matières plastiques” utilisées dans le secteur des miniatures.

Avec cette technique, CIJ obtient des pièces beaucoup plus résistantes que leurs équivalentes en “plâtre et farine”. De plus, le prix de revient est nettement inférieur à ce qui se fait chez Dinky Toys et Solido avec le zamak, AR avec le plomb ou CR avec la tôle. Ce coût est d’autant plus réduit que CIJ maîtrise totalement ce type de fabrication puisque l’un de ses principaux actionnaires n’est autre qu’un nommé Barberosse, propriétaire des manufactures de céramique de Briare, celles-ci comptant parmi les plus importantes de France.

Le terme “plâtre et farine” apparaît en fait beaucoup plus tard, dans les années soixante et après la fermeture de CIJ. A cette époque, le fabricant Norev commence à prendre, à son tour, une place de premier plan dans le domaine du jouet avec ses réalisations en “matière plastique” à base de produits synthétiques pétroliers. Par ignorance, un groupuscule de collectionneurs établit rapidement un rapport de fabrication entre la “matière plastique” de CIJ et le “plâtre et farine” provenant de divers fabricants. Ils donnent le nom de “plâtre et farine” aux miniatures de CIJ en “matière plastique” et attribuent uniquement le nom de “matière plastique” aux productions de Norev, Minialuxe, gégé, etc... Cet état de fait est peut-être pratique pour distinguer ces deux générations de “matière plastique”, mais il n’en consiste pas moins une appellation erronée subsistant hélas, encore de nos jours.

La fabrication des utilitaires en “matière plastique” commence donc dès 1932 chez CIJ. Il s’agit de Citroën C4 puis des premières 10 CV Rosalie exécutées pour le compte de la marque Jouets André Citroën. A dater de 1934, la Société des automobiles André Citroën n’honorant plus les factures de la CIJ du fait des difficultés financière qu’elle connaît, l’industriel de Briare signe alors un nouveau contrat avec la Société anonyme des usines Renault. Pour le compte de sa filiale Les jouets Renault, celle-ci lui accorde l’exclusivité de la fabrication de jouets, en général, et d’utilitaires Renault en particulier.

Image hébergée par servimg.com
10 CV Rosalie en version dépanneuse et citerne

Mais les miniatures Citroën en “matière plastique” ne sont pas abandonnées pour autant. CIJ continue leur fabrication pais, cette fois, avec et pour le compte de la marque JRD. Parallèlement, la CIJ réalise aussi quelques Peugeot.

Les miniatures Citroën de Citroën.

Produites à dater de 1932 et distribuées jusqu’en 1934 par la CIJ pour le compte de la marque Jouets andré Citroën, les Citroën en “matière plastique” se présentent sous la forme de C4 dont les ailes avant et arrière reliées par un marchepied sont en métal et constituent une seule et même pièce avec le châssis. Les roues sont soit entièrement en plomb, soit équipées de pneumatiques e caoutchouc. Cette C4 est disponible en version bétaillère (avec deux porcs ou avec deux veaux), charbonnier, citerne, plateau (chargé de briques, de sable ou de tonneaux) et véhicule d’incendie (échelle seule, échelle avec dévidoir et dévidoir seul servi par quatre sapeurs pompiers).

En 1935, les derniers utilitaires distribués par la CIJ et les premiers commercialisés par la JRD sont des 10 CV Rosalie. Cette série est constituée des rois véhicules d’incendie identiques au type C4 auxquels il faut ajouter un fourgon de premier secours. Les modèles civils sont disponibles en version laitier, porte-câbles (garni de deux tourets), benne à ridelles, plateau (sans chargement, avec trois tonneaux ou avec caisses et tonnelets), citerne et dépanneuse.
Ensuite JRD ajoute à ces diverses carrosseries, des tracteurs Citroën à trois essieux dont les deux arrière reçoivent des chenilles. Ils se présentent attelés à une remorque en version plateau (nu ou chargé de trois tonneaux), benne ou plateau fardier garni de quatre troncs d’arbres. Là, encore, les ailes et le châssis sont constitués d’une même pièce emboutie et les roues sont soit entièrement en plomb, soit en plomb avec des pneumatiques en caoutchouc rouge.

Image hébergée par servimg.com
C4 bétaillère avec deux cochons

Image hébergée par servimg.com
C4 plateau avec trois tonneaux

De 1936 à 1939, JRD reproduit des camions Citroën Type 23. En plus des versions à deux essieux existantes (laitier, benne chargée de sable, plateau fardier chargé de quatre troncs d’arbres, remorque à trois tonneaux) trois nouvelles versions sont disponibles (arroseuse, citerne d’essence, plateau chargé de sacs de blé). En ce qui concerne les tracteurs avec remorque, il faut se contenter des versions déjà existantes (ridelles, porte-sable, porte-caisses, porte-câbles, citerne à essence).

Image hébergée par servimg.com
T23 en version laitier (à gauche) relativement semblable au laitier 10 CV Rosalie (à droite), mais légèrement plus grand

Image hébergée par servimg.com
T23 chenilles trois essieux avec remorque attelée

En matière de véhicules d’incendie, les versions disponibles sur châssis C4 puis 10 CV sont reconduites mais JRD propose en plus un premier secours avec deux dévidoirs sur le toit, une voiture sanitaire, un porte-dévidoir à cabine ouverte et porte-dévidoir à cabine fermée.

Image hébergée par servimg.com
T23 de 1936 en version sanitaire

En 1939, le parc des type 23 s’enrichit d’un modèle militaire disponible en version porte-projecteur de DCA, et canon porté. seules les ailes avant des type 23 sont en métal et constituent la partie avant du châssis. Les essieux arrière sont maintenus en place par des caisses en matière plastique. Là, encore, les roues sont soit en plomb soit à pneumatiques caoutchouc.

Juste quelques semaines avant l’arrêt de la fabrication de ses miniatures en “matière plastique”, JRD fait exécuter une série confidentielle d’utilitaires Citroën à cabine avancée ressemblant au TUB. Pièce rare, cet utilitaire monocorps est disponible en version charbonnier, sanitaire, citerne compartimentée et laitier. Ne comportant ni ailes ni châssis rapportés en métal, ils ne reçoivent que des roues en plomb.

Six par boîte
La plupart de ces utilitaires en “matière plastique” à deux essieux produits par CIJ mesurent entre neuf et dix centimètres. Lorsqu’il s’agit des tracteurs Citroën à trois essieux et leur remorque, la longueur oscille entre 17 et 19 centimètres selon les versions.

Ces utilitaires sont conditionnés en boîte de six pièces différentes et leurs tarifs varient en fonction des roues équipant l’utilitaire (les roues entièrement en plomb coûtent moins chères que des roues à pneumatiques en caoutchouc). Même si leur finition est quelquefois discutable, ces Citroën utilitaires présentent un attrait indéniable par leur caractère unique. Ces miniatures de marques CIJ, JRD, Jouets André citroën, sont en effet toutes fabriquées dans un unique atelier (celui de CIJ) et dans une matière jamais utilisé que par lui.

Source : Mick Duprat

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Lun 5 Déc - 14:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3264
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: Les utilitaires Citroën en "plâtre et farine" ?   Lun 5 Déc - 14:17

"De par leur rareté, leur fragilité et leur naïveté, (combien trouve-t-on de pompiers décapités, d’échelles oubliées ou de châssis désolidarisés de leurs carrosseries...). Même en état moyen, ces répliques sont particulièrement recherchées par les collectionneurs de jouets anciens."
Extrait du post  Les véhicules d’incendie Citroën en plâtre et farine !

S'il est vrai que ces jouets qui n'ont été produits et commercialisés que très peu de temps de 1932 à 1939, et qu'ils sont très fragiles et que les collectionneurs en sont friands, les prix peuvent vite s'envoler et atteindre des sommets proches de l'indécence !


Cette exemple des estimations, sorties du catalogue de la vente aux enchères organisée par Claude AGUTTES à Neuilly sur Seine le 7 décembre de cette année, que nous a fait découvrir notre ami Jean-Pierre alias PIJO3007.  Shocked

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
 
Les utilitaires Citroën en "plâtre et farine" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les petits utilitaires Citroën des artisans et commerçants
» Les utilitaires CITROEN
» Citroën Kégresse P28
» My collection Citroën
» Véhicules CITROËN dans la GENDARMERIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: Les automobiles Citroën : Les véhicules sortis des chaînes Citroën avant-guerre :: Les véhicules utilitaires-
Sauter vers: