Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C’est le facteur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3181
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: C’est le facteur !    Sam 28 Jan - 19:07

Aaaah, ce sacré Type H... Il nous en a fait voir de toutes les couleurs et de toutes les formes en 34 ans de carrière ! Qu’il soit tôlé, rallongé, rehaussé, transformé en bétaillère, en “panier à salade” ou en bureau mobile des Postes, il a été le véhicule de référence de la France rurale et du Service public de 1947 à 1981, où il fut produit à 473. 289 unités, d’abord à l’usine du quai de Javel jusqu’en 1976 et ensuite à Aulnay sous Bois.

Il a té utilisé à toutes les sauces tant sa carrosserie en tôle ondulée était facilement transformable et son plancher surbaissé très pratique pour le transport d’objets, de personnes ou d’animaux. le procédé de la tôle ondulée est inspiré des premiers prototypes de 2 CV. Cette technique provient, à l’origine, de l’aéronautique ; elle permettait d’obtenir une structure très rigide avec une tôle de faible épaisseur. La tôle ondulée du Type H (1.200 Kg.) est sorti en juin 1948. Le moteur 4 cylindres des premiers Type H est un dérivé du moteur de la Traction 11 CV. Avec une cylindrée de 1.911 cm3, c’est une vraie “bête de somme” sous le capot du Type H et malgré ses modestes 50 cv à 3.800 tr/mn., il ne rechigna jamais à tracter du lourd !

A la poste, le Type H a eu plusieurs utilisations spécifiques : Bureau Mobile (BM), véhicule d’intervention avec porte-échelle ou équipé d’une nacelle, véhicule porte-tourets (en version plateau-cabine) ou véhicule de transports de marchandises encombrantes en version rehaussée. Depuis l’arrêt de la production du Type H, le 14 décembre 1981, l’utilitaire le plus emblématique de la marque Citroën est devenu un véritable mythe car il est resté gravé dans la mémoire de plusieurs générations et il roulera encore longtemps après l’arrêt de la production. Mais au fait, pourquoi H ? Tout simplement parce que le H est la huitième lettre de l’alphabet et le huitième projet du bureau d’études Citroën.

Quand la Poste part en campagne !
Les premiers fourgons Type H dénommés Guichet Annexe Mobile (GAM) ou Bureau Mobile (BM) seront expérimentés en 1959 sous le nom de “poste à l’usine”. A la différence du Bureau Mobile qui dessert essentiellement des communes où il n’y a pas de bureau de poste, le Guichet Annexe mobile est un élément itinérant d’un bureau en plein exercice. Le premier de ces GAM sera mis en service à Courbevoie, le 20 juillet 1959. Son but est de desservir les usines situées au nord et au nord-ouest de paris qui emploient près de 20. 000 ouvriers et pour lesquels ce véhicule itinérant des PTT est vraiment pratique ! En effet, le premier usage de ces fourgons est d’emmener le bureau de poste devant des usagers des usines afin de faciliter leurs opérations postales les plus courantes. Les premiers véhicules sont d’abord mis en activité en région parisienne et d’autres créations suivent rapidement dans certaines villes de province, comme Rouen, Saint Étienne, Lille, Nantes ou Limoges.

Image hébergée par servimg.com

De 1959 à 1961, dix huit circuits sont mis en place selon un parcours bien déterminé : plusieurs fois par semaine, chaque bureau mobile a un itinéraire à respecter, avec des points d’arrêt et des horaires précis afin de faire coïncider le stationnement du véhicule postal avec la pause et les heures de sortie du personnel de l’usine. Mais ces bureaux annexes desservaient également les grands ensembles d’habitations périphériques dépourvus d’établissement postal et les zones rurales à partir des années 1960. Dans ce cas précis, le Type H dénommé “Bureau mobile Rural” est un modèle standard équipé d’un abri métallique sur glissière qui vient allonger le véhicule de presque deux mètres supplémentaires. Cette partie arrière amovible servait de salle d’attente chauffée comportant un écritoire, une banquette et une cabine téléphonique.

Image hébergée par servimg.com

Mais, parmi ces Guichets annexes mobiles, il y avait également des versions châssis rallongé, d’une longueur de 5, 65 m. et d’un poids total roulant de 2. 900 Kg. Avec ce Type H en version “XXL”, les usagers pouvaient patienter à l’intérieur du véhicule en toute quiétude.

Image hébergée par servimg.com[/url]

1980/90 : la fin des GAM
Au début des années 1970, le nombre des Guichets Annexes Mobiles et Bureaux Mobiles est de 221 et ces derniers sont répartis dans 54 départements différents. ILs desservent soit des quartiers de grandes agglomérations (on en compte onze à Marseille, par exemple), soit des petites communes en zone rurale, comme dans le département des Deux-Sèvres qui en compte 23 en 1971. Mais les bureaux Mobiles ont également des missions à durée déterminée : pendant la saison estivale il n’est pas rare d’en rencontrer sur les abords des plages ou à l’entrée des campings.

Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com

Encore plus original, on en trouve un dans la caravane du Tour de France, dans les années 1960. Son rôle est tout aussi attractif que pratique puisqu’il permet aux coureurs de pouvoir envoyer ou recevoir du courrier sans quitter la course ! Mais, cette invention originale et pratique des Guichets Annexes Mobiles a un coût et c’est justement à ce sujet qu’ils vont rapidement poser problème aux dirigeants des PTT : par rapport aux opérations postales effectuées et au trafic, les GAM et les BM ne sont pas rentables et au cours des années 1970, certains d’entre eux sont supprimés jusqu’à être divisés de moitié en 1980. Dans les années 1990, il n’en reste qu’une vingtaine, contre 221 vingt ans plus tôt !

Image hébergée par servimg.com

Mais certains Type H jaune feront de la résistance, comme celui qui desservait Bains-les-Bains, dans les Vosges, et qui était encore en activité en 1997... soit vingt huit ans après sa première tournée ! Quoi qu’il en soit, cette bonne initiative sera reprise par nos compatriotes d’Outre-mer, dans les années 1980, et là-bas certains Bureaux Mobiles font encore leur tournée. Aujourd’hui, la Poste utilise encore beaucoup de véhicules de la marque aux Chevrons.

Image hébergée par servimg.com
Type HY 1.500 Kg. Fourgon Bureau de poste mobile jaune 1963 UNIVERSAL HOBBIES 1/43 Atlas - "Véhicules Postaux d'hier et d'aujourd'hui" N° : 2 - 2005

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
 
C’est le facteur !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis UK sur le torréfacteur Gene Café / I-Roast
» Episode 20 - Le facteur Yoko
» Un torréfacteur sur bordeaux?
» Le facteur (ou colère du matin)
» torréfacteur dans le 06

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: Les véhicules utilitaires-
Sauter vers: