Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Citroën SM "KAMITAX"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3183
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: La Citroën SM "KAMITAX"   Jeu 22 Mar - 14:41

Photos EURO SM CLUB, Texte Pierre PHILIPPS

L’homme qui eut l’idée d’exploiter une SM dans sa Société est Monsieur Ernst Schaller, créateur et directeur de « KA-MI- TAX KAMERAWAGEN ». Il avait crée vers la fin des années soixante une entreprise de prises de vues cinématographiques spécialisée sur les sujets et mouvements et les déplacements routiers.


En fait l’activité évolua très vite vers la réalisation de plans cinéma et des prises de vue de courses automobiles sur piste.

Des scènes de conduite à l’aide d’une plate forme remorquée furent par la suite réalisées. La voiture tractrice équipée de 3 boules de remorquage permettait de réaliser des plans films décalés par rapport à l’axe caméra. Ce qui permettait de filmer un véhicule monté sur la plate forme ou l’acteur, en toute sécurité, faisant semblant de conduire, pouvait plus facilement se concentrer sur son texte ou sur son rôle à jouer. De grands réalisateurs et cameramen tels que Tony Imi, Tony White eurent recours à la SM KAMITAX.


Des prises de vues pour la télévision furent aussi réalisées particulièrement pour des résultats de courses hippiques (nous aussi n’avions nous en ces années 70 face à un Léon Zitrone volubile, aperçu maintes fois une DS Break nous rapportant les images du tiercé dominical !)

La publicité fit aussi appel à la SM KAMITAX pour la campagne de lancement de la Toyota Starlet sur le marché automobile allemand. Il est étonnant de voir cette « grappe » de japonais, caméras et porte-voix aux poings sur la SM KAMITAX réalisant les prises de vues de cette petite japonaise. L’aventure cinématographique au sein de la Société Kamitax commença dès les années 60 par le choix fort judicieux d’une DS. Peu de photos malheureusement existent de cette période, suivra une DS 20 puis une DS 21 break qui fut utilisée pour le tournage d’un politique-triller avec Burt Lancaster jouant le rôle d’un général ayant en charge la sécurité du président des U.S.A.


Puis la SM pris naturellement la relève au sein de la société jusqu’à la fin des années 80, après une carrière bien remplie.

Elle fut régulièrement primée par la presse spécialisée comme le support indispensable d’un bon tournage avec prises de vues dîtes ‘en mouvement’. Ainsi la revue « Film & TV Cameraman » lui rendit plusieurs fois hommage en lui réservant plusieurs articles sur les diverses fonctions possibles de « la SM caméra ».


Nous avons pu pour Citroscopie et l’Euro SM Club avoir le prêt de l’ensemble des photos et magazines relatant les prestations et possibilités de tournage.
Ainsi nous avons pu mieux cerner les diverses facettes de l’exploitation de la SM Kamitax que fut la voiture la plus élaborée pour la prise de vue cinématographique, vidéo ou simplement photographique.
Pour réaliser leur tournage plusieurs configurations étaient soumises aux réalisateurs et cameramen. La plus originale étant bien évidemment les deux sièges sur le pavillon de la voiture permettant au réalisateur d’apprécier la « douceur » de la prise de vue.


Imaginez-vous l’œil rivé à l’objectif d’une caméra, attaché par une simple ceinture au bout d’une poutre, à 120 km/h, suspendu dans l’espace ! L’impression de vitesse et des risques encourus, devait demander une certaine maîtrise de soi ! De plus, équipé de casque-micro, le réalisateur pouvait tout à loisir donner ses directives au cameraman et simultanément au chauffeur de la SM (diravi entre les mains !) Les sièges sur le pavillon pouvaient aussi tourner le dos à la route pour les plans de vues pris sur la plate forme arrière.


Mais il y avait aussi la possibilité d’installer dans le coffre de la SM une petite plate forme équipée d’un vérin hydraulique avec sièges pour le cameraman et le preneur de son.


Pour cela le hayon avait été modifié : seule l’armature étant gardée, la vitre fut enlevée et un assemblage tubulaire servait de support à une petite capote clipée, lorsque les prises de vue n’étaient pas prévues. Cette capote étant elle-même munie d’une petite « lucarne » ou « fenêtre » permettant au chauffeur « d’apprécier » une minuscule vue vers l’arrière. Pensons à tous ceux que se plaignent de ne pas voir grand chose en marche arrière à travers la vitre du hayon de leur SM !


Une autre petite plate forme « plateau » pouvait être tractée par la SM directement accrochée à son pare-chocs arrière équipé ni plus ni moins que de 3 boules de remorquage. L’autre originalité de la « belle kamitax » était d’avoir prévu deux extensions d’évacuations des gaz d’échappement afin de ne pas asphyxier le cameraman ainsi que son preneur de son. Sur le pavillon déjà bien chargé il était possible d’ajouter sur le plateau antidéparant une
caméra articulée. Monsieur Schaller n’hésitait pas lors de ces prises de vues à prendre le volant de la SM casque sur les oreilles, gyrophares en marche et haut-parleur en main !


Essayons de nous imaginer un instant la scène sur une autoroute aujourd’hui collectionnant les photos de radars indigestes mis à notre disposition pour notre plus grande sécurité ! D’étonnantes prises de vues ont donc pu être réalisées grâce à cette étonnante et méconnue « SM KAMITAX ». Ne fut-elle pas un jour équipée sur son pavillon de deux drapeaux blancs afin de mieux la situer lors d’une cascade d’un film de guerre avec l’acteur Hardy Kruger. L’half-track perdant le contrôle lors d’une scène de guerre devant venir « mourir » en « plan serré » juste devant la SM ?? On préféra baliser la « petite SM » afin qu’elle ne finisse pas ses jours sous les chenilles du véhicule allemand ! De plus, le brouillard étant persistant, les avions survolant les scènes de tournage avaient des difficultés à repérer les différents véhicules.
La SM subit quelques remarques négatives sur sa couleur d’origine, ainsi sa première couleur « brun scarabée » avait la fâcheuse habitude d’émettre quelques reflets parasites. Certains cameramen s’en plaignirent, et la robe de mademoiselle fut refaite ; on lui préféra une teinte plus neutre avec moins d’effets et d’éclat. Ce fût donc un bleu Sigma Effect Peugeot que fut retenu (sans commentaire !) Cela ne l’empêcha pas de continuer sa vie active participant au tournage de nombreux téléfilms. Autre petite anecdote, ce « bizutage » lors d’une tempête de neige sur l’autoroute de Munich ou elle alla pousser une lambineuse BMW qui ne maîtrisait pas très bien les routes verglacées allemandes, la SM devait commencer sa carrière deux heures plus tard ! Etonnement de la marée chaussée lorsque sous le choc deux attaches remorques apparurent sur les pare chocs de la SM ! Cela lui sauva tout de même tout le train avant ! La Citroën à la « suspension fabuleuse » (comme précisé sur le prospectus !) fut rapidement restaurée car les commandes de tournages affluaient. L’Internationalen-Zellvoïd-Industrie était très demandée à Munich et la SM se devait d’être présente. La Société DIEHL-GERMANIA, FINANZGRUPPE, BAVARIA Studios et ALDRICH-PRODUCT-FILM investirent dans la création d’un groupe cinématographique important en une U-S MAJOR PRODUCTION dont l’un des principaux dirigeant était Robert Aldrich avec dans son équipe Burt Lancaster & Richard Widmark. Un des premiers projets retenu sera un thriller politique « TWILINGHT’S LAST GLEAMING » ainsi que « AKTE ODESSA » (le dossier Odessa). Ces films furent tournés dans la région Munichoise avec la participation de la « SM Caméra » suivra avec la Walt Disney productions le film « NIGHT CROSSING » (la grande traversée) l’histoire d’une famille de l’Allemagne de l’Est essayant de s’échapper au-dessus du mur de Berlin en confectionnant une montgolfière. Tiré d’une histoire vraie le film sera tourné en 1982 avec beaucoup de prises de vues nécessitant l’utilisation de la « SM KAMITAX ». Les acteurs principaux étant John Hurt et Beau Bridges, avec une réalisation de Delbert Mann.
Des moyens financiers durent alors être alloués à l’évolution permanente de l’équipement de la Kamitax. Ainsi pour donner une plus grande sensibilité et surtout une stabilité sans faille aux prises de vues (les problèmes de vibrations étaient les plus difficiles à gérer) huit silent-blocs (de 40 mm pris à une DS break) complémentaires en caoutchouc, furent fixés aux barres anti-roulis tenant compte des tâches spécifiques demandées à la « SM caméra » Le poids était aussi un gros handicap et il fallu augmenter la pression hydraulique à 160 bars dans le circuit de suspension. Pour des raisons de sécurité la SM lors des prises de vues avec plate forme avant ne devaient pas dépasser les 100 km/h. Quant à la plate forme arrière ou avec la remorque décalée, 125 km/h était acceptable !
La caméra montée sur vérin avait une possibilité de rotation de 160°. Après le réglage manuel de pantographes articulés la hauteur de l’objectif de la caméra pouvait varier d’une position basse de 0,50 m à 1,80 m. Grâce au support extérieur lors de tournage « en parallèle » aucune partie de la voiture caméra ne pouvait s’immiscer dans le champ du plan filmé. Les possibilités de filmer en « figeant » des plans sur voitures (ou vélos...) en mouvement seront ainsi réalisés. Le prospectus d’argumentation de location de la « kamitax » précisait : La SM KA-MI-TAX doit son succès à ses nombreuses particularités. Conditions d’une qualité supérieure de tournage excellent en mouvement. Sécurité et liberté de mouvements pour le caméraman et son assistant. La technique assiste parfaitement la réalisation des idées les plus folles de tournage.
Ernst Schaller n’est pas seulement désigner / constructeur de la SM de tournage mais aussi son unique conducteur, sachant résoudre n’importe quelle difficulté, autant que de donner des conseils professionnels concernant des prises de vues de scènes en mouvements tandis qu’il conduit, un système d’interphone le relie du caméraman au conducteur sans aucun geste particulier, ni mégaphone.
Le résultat optimum de tournage est aussi dû aux sièges réglables et aux ceintures de sécurité pour le caméraman et l’assistant. Les sièges sont entièrement rotatifs et réglables en hauteur et de côté.


Le mouvement de bras de la caméra peut être ajusté à chaque vitesse de la voiture, hydrauliquement sans aucun à coup et rapidement. Il était aussi possible de filmer du haut de la voiture avec l’installation d’une poutre transversale permanent la prise de vue au-dessus d’un cabriolet ou d’un toit ouvrant.
Pendant des années la « SM Kamitax » a prouvé sa fiabilité même dans des situations les plus problématiques. Internationalement renommée par les directeurs de production cinématographique et de télévision ainsi que par les cameramen qui l’ont utilisée. Tous furent convaincus qu’elle était la meilleure !
Cet avis enthousiaste s’explique lorsque l’on connaît les particularités de cette voiture. Un atelier spécialisé a adapté l’essieu arrière, hydropneumatique aux besoins de tournages de plans et mouvements. De plus la plate forme avec son système d’amortisseur supplémentaire permettait de positionner la caméra et de la fixer le plus souplement possible. Le puissant moteur Maserati de la SM permettait un déplacement pendant les tournages à de hautes vitesses ou accélérations sur le sujet à filmer. En raison de l’installation ingénieuse et de la conception des supports de maintien du matériel de prises de vues, les positions des caméras les plus extrêmes étaient possibles.
Bien que l’expérience de la Société d’Ernst Schaller n’est pas seulement été basée sur la caméra KAMITAX (petite caméra étudiée spécifiquement pour l’équipement de la SM) elle proposait de résoudre tous les problèmes liés aux plans de prises de vues de sujets en mouvements. La SM retenue fut une des premières voitures « injection ». Un filet de couleur doré formant un « V » fut apposé sur le capot permettant ainsi d’axer les caméras (ou le sujet) par rapport à l’axe milieu de la voiture.
Un autre filet doré soulignait la ligne latérale de la SM (purement esthétique cette fois-ci ?) Et un autocollant figurant le logo de la Société fut apposé sur chaque portière ainsi que sur quelques supports caméras, le pavillon étant habillé d’un « toit vinyl ».


Une seule SM fut ainsi équipée et vers la fin de sa carrière elle eu le plaisir de voir arriver au sein du parc automobile une « BX » neuve qui, elle aussi sera équipée de supports caméras. La suspension hydropneumatique n’avait pas fini d’être appréciée.
Aujourd’hui, la « SM KAMITAX » sauvée de l’oubli après de longues années de service va donc renaître. Remise en état par son nouveau propriétaire M. Beringer et sa société Beringer & Partner, spécialisée dans l’expertise de véhicules anciens et le suivi de restaurations automobiles. La SM sera donc restaurée dans la conformité d’origine de son utilisation.


Nul doute qu’après sa présence remarquée sur le stand de l’Euro SM Club au Salon Rétromobile 2004, nous aurons le plaisir de la retrouver dans nos diverses concentrations Citroënistes.


Je remercie très chaleureusement l'EURO SM CLUB pour l'autorisation de publication des photos de la CITROËN SM KAMITAX et plus particulièrement leur président Pierre PHILIPPS auquel j'ai repris, avec son aimable autorisation, la rédaction intégrale de cet article que vous pouvez retrouver dans la revue CITROSCOPIE N°3. Avec, également, mes plus vifs remerciements à Philippe QUENIOUX, responsable des "miniatures" qui a bien voulu me concéder ce modèle avec tous les inconvénients qui en ont découlés  Wink

SM Coach Voiture de prise de vue "KAMITAX" bleu Sigma Perfect (Peugeot) modèle unique 1978 Société Renaissance sur base SOLIDO 1/43 Euro SM Club Réf. : 23 - 2004

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Ven 20 Jan - 19:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3183
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: La Citroën SM "KAMITAX"   Dim 10 Jan - 14:37

Bonjour,

je profite de l'occasion de re-mettre les photos illustrant cet article car les hébergeurs m'oblige à ce travail pour en ajouter d'autres que j'ai retrouvées ou refaites comme celles de ma miniature Wink

En cherchant dans mes archives, j'ai retrouvé des photos que m'avait envoyé mon ami Pierre PHILIPPS, président de l'Euro SM Club, lors de sa conception Shocked


Un travail tout en finesse pour un résultat bluffant  Shocked


Une miniature rare et exclusive pour un véhicule qui l'est tout autant  Rolling Eyes

A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
 
La Citroën SM "KAMITAX"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Citroën Kégresse P28
» My collection Citroën
» Véhicules CITROËN dans la GENDARMERIE
» Citroën C4 1.6 HDI 92 cv
» Voitures Citroën en tôle années 1930

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: Prototypes, véhicules d'essais, projets et autres modifications-
Sauter vers: