Vous êtes collectionneur et passionné de miniatures Citroën, rejoignez-nous, on est là pour cela et, c'est gratuit !
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Ce sondage est ouvert à toutes et tous les collectionneurs passionnés. Il ne s'agit pas d'une opération commerciale et aucune adhésion à quoi que ce soit n'est demandée. Dès aujourd’hui, faites-vous connaître > ! D’avance merci

Partagez | 
 

 LES CITROËN FUSÉE "Charbonneaux / LEFFONDRE" 1955/56

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3319
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: LES CITROËN FUSÉE "Charbonneaux / LEFFONDRE" 1955/56   Mar 18 Déc - 12:16

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

Cet article est issu du Magazine d'avril 2012 de l'AFVCC (Association Française des Voitures et Camions de Cirque).

Son président, Jean-Jacques Dufourd me l'a, très gentiment, fait parvenir afin d'illustrer la miniature du P55 fusée "Sabine Rancy" à laquelle il a, activement, participé.
Je l'en remercie personnellement et au nom de tous les passionnés de camions Citroën qui attendaient celui-ci au 1/43ème, depuis longtemps.

Image hébergée par servimg.com
Type 55 U A Fourgon publicitaire "2ème version Fusée" dessiné par Charbonneaux et carrossé par "Leffondré", décoration "Sabine Rancy" (1973/74) Bleu, blanc et rouge 1955 PERFEX 1/43 Réf. : 100RA - 2012

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Jeu 14 Juil - 12:11, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3319
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: LES CITROËN FUSÉE "Charbonneaux / LEFFONDRE" 1955/56   Ven 21 Déc - 12:30

Les célèbres « fusées » Citroën ont été carrossées chez R.J. Leffondré (Colombes) à la demande de SUD AVIATION comme véhicule de la caravane du tour de France, sous les couleurs de la marque FRIGEAVIA - TELEA-VIA d'électroménager dont elle était une filiale.


Type 55 U A Fourgon publiciatire 1ère version (prototype) Fusée déssinée par Charbonneaux et carrossé par "Leffondré", décoration "FRIGEAVIA" Blanc et bleu 1955 PERFEX 1/43 Réf. : 200 - 2012

Image hébergée par servimg.com
Type 55 U A Fourgon publiciatire 3ème version Fusée déssinée par Charbonneaux et carrossé par "Leffondré", décoration "FRIGEAVIA" Blanc et bleu 1957

Ces transformations du type 55 en fourgons publicitaires ont été dessinées par Philippe Charbonneaux.

LES NOMS d’André CITROËN et Philippe CHARBONNEAUX sont, ici, associés, pour tout ce qu’ils incarnent d’innovation et de dynamisme. Leurs œuvres sont en parfaite adéquation en ce qui concerne la production méca-nique et l’automobile.

Je ne reviendrai pas sur la vie et l’œuvre d’André Citroën, mais, j’aimerais aborder celle de Philippe Charbonneaux, un homme atypique, s’il en fallait.
Les stylistes français qui auront marqué la seconde moitié du vingtième siècle sont rares. Philippe Charbonneaux en fait partie, lui qui s’est aussi bien intéressé au design industriel (combien savent que la célèbre brosse à poussière « Nénette » a été dessinée par ce rémois ?) qu’à l’automobile pour laquelle il a longuement œuvré. Philippe Charbonneaux originaire de Reims était un designer industriel spécialisé dans l’automobile.

Designer industriel

Qu'est qu'un styliste ? Celui que l'on appelle actuellement, de l'anglicisme mondain designer est, en fait, un créateur des lignes pour le futur, un homme appelé à penser aujourd'hui les formes de demain. Certains de ces créateurs n'œuvreront que dans un domaine bien défini, mais la plupart du temps, l'esprit d'élégance et la faculté d'imaginer le volume ne se bornent à une discipline trop précise. Le parcours créatif de Philippe Charbonneaux, qui voit le jour en 1917, relève de la même logique. Il a bien sûr, laissé des traces indélébiles dans l'histoire de l'automobile, mais on a un peu vite oublié qu'il avait aussi laissé un patrimoine de style industriel encore présent au début de ce nouveau millénaire. Ses créations sont entrées dans les musées d'art moderne : le poste de télévision Téléavia aux allures extraterrestres figure désormais en bonne place dans les collections du Musée d'art moderne de New York.

Image hébergée par servimg.com
TÉLÉVISEUR PANORAMIC 111

Philippe Charbonneaux est né à Paris le 18 février 1917. Son père, René, important industriel, est connu dans la transformation des produits agricoles. La scolarité de Philipe fut vraiment difficile car ce jeune garçon avait la tête en l'air. "N'étant qu'en primaire, il passait déjà son temps à dessiner des aéronefs!!!!", disait l’un de ses proches.
Il effectua son service militaire dans l'armée de l'air où il se vit confié la mission de traduire des manuels d'entretiens pour les avions. "Pendant ses temps libres et ses permissions, il allait chez les grands carrossiers parisiens ( Fra-nay, Figoni & Falashi, Saoutchick...) dans le but de leur proposer ses dessins de voitures ; ce qui était déjà sa passion !" En 1943, il se maria avec Nicole. Pendant la guerre, il informait les autorités françaises des nouveautés qu'il voyait dans les escadrilles ennemies. Il occupait son temps libre en réalisant de nombreuses gouaches sur les avions alors en pleine action. Une fois l'occupation terminée, ses dessins étaient souvent en couverture de magazines comme "Le monde illustré", "L'équipement automobile", "Science et vie"… Grâce à ses couvertures, il se fit connaître et se fit même confier en 1947 l'illustration de catalogues publicitaires pour la grande entreprise automobile Delahaye.

En 1948, il est remarqué pour son travail par Jean Pierre Wimille, pilote automobile français qui conduisit avant guerre pour l'écurie Bugatti et après guerre pour Alfa Romeo et qui remporta les 24 heures du Mans 1937. Ce dernier lui demanda de dessiner la carrosserie d'une voiture de type GT qu'il souhaitait vendre en petite série. Les volontés de Jean-Pierre Wimille étaient simples. La voiture devait être légère, rapide, avoir trois places de front et disposer d'un moteur central arrière.

Image hébergée par servimg.com
WIMILLE 1948 au musée de Reims

La Wimille fit sensation au salon parisien d'octobre 1948. Mais la mort de Jean-Pierre Wimille au cours d'un essai du grand prix d'Argentine arrêta le projet. Ensuite, l’élégance de son style lui vaut d’être contacté par la firme Delahaye en 1948 pour relooker l’avant de ses voitures de tourisme. Ainsi, il crée les véhicules les plus marquants qui sont la Delahaye type 135 Dubos « Gascogne » et la Delahaye type 235.

En 1949, il intègre La Général Motors à Détroit. De ces quelques mois passés au sein du bureau de style du géant américain à dessiner, à longueur de journée, des courbes et rien que des courbes, il gardera un souvenir mitigé. Se persuadant, au fil des ans, qu’il a plus ou moins dessiné la nouvelle Corvette présentée en 1952, "ce qui est très loin de la réalité", comme le dément avec pudeur Dominique Pagneux, ajoutant qu’on ne peut "néanmoins, au regard des dessins et des croquis du français, s’empêcher de penser que la Corvette a largement influencé l’œuvre du styliste". Il avait été recruté pour une période d'essais de 6 mois. "Mais, Philippe n'adhérait pas aux méthodes de travail américaines. Son style était traité "à la chaîne". Il passait ses journées à tracer des courbes sur une feuille à laquelle on accorderait à peine un coup d’œil". Au terme sa période d'essai, et malgré les supplications de General Motors, Il plia bagage et revint en France. "Il fut plus satisfait de son travail lorsqu'il dessina les courbes de la mignonne Ariette, exposée au salon de l'automobile parisien, en 1951".

En 1953, il Ouvrit un cabinet d'esthétique industrielle 50 rue Copernic à Paris. Un jeune styliste, Paul Bracq l'y rejoignit. Philippe fut un véritable "touche-à-tout", il travailla dans des domaines comme que l'électroménager, la bureautique, la papeterie, le matériel de manutention, le mobilier urbain... Il dessine autoroutes, brosses à dents, chariot élévateur, électroménager, jouets, publicités sur le lieu de vente, réveils, téléviseurs et ventilateurs. Cette même année, pour l'entreprise de son cousin, la Société SILVA (Porto A.J da Silva), Philippe Charbonneaux a imaginé une 2CV publicitaire de livraison très spéciale qui fera sensation et, dont il chargea Jean Antem de la réalisation. À l'économie, mais en imposant malgré tout son style dit "ponton". Si la plateforme, la mécanique, les trains roulants et le haut de la voiture (La cellule centrale de la 2CV a été conservée, on en voit le toit et les vitres) ont bien été empruntés à la 2CV, la robe et sa découpe bicolore sont tout à fait originales. La commercialisation d'une petite série fut même un moment envisagée, Philippe Charbonneaux ayant reçu beaucoup de demandes mais le véhicule pesant 80 kg de plus que la 2CV, roulait encore moins vite que l'original, et le prix de revient trop était élevé !

Image hébergée par servimg.com

Après une longue période d'immobilisation, cette 2CV Silva a rejoint la collection Charbonneaux, aujourd'hui conservée par le Musée de l'automobile de Reims et de la Marne. Cette automobile existe en kit chez MF Création Réf. : "IMAGINE 03" et tout monté chez Ministyle.

Les citroënistes connaissent, aussi, de cette époque le projet de coach Citroën réalisé par le carrossier rémois Pacaud en 1954

Image hébergée par servimg.com
Ce très joli coach, il remporte de nombreux succès en concours d'élégance. Mais la commercialisation éventuelle est abandonnée.

ou la 15/Six Citroën présidentielle carrossée chez Franay en 1955.

Image hébergée par servimg.com

"Les années 50 lui ouvrirent également une porte sur la création de véhicules publicitaires. Il bouleversa ce milieu en dessinant des véhicules plus qu'en avance sur leur temps". Certains carrossiers acceptèrent de donner vie à ses projets (Heuliez, Antem...). Il crée de nombreux camions publicitaires. l’Armée de l’Air, lui confie le dessin d’un autocar Chausson qui a été réalisé par la carrosserie Antem, destiné à des tournées de promotion.

La grande popularité du Tour de France lui attire de nombreuses commandes. En effet, pour la caravane très attendue par le public, il s’agit de dessiner du nouveau et du futuriste. Ainsi, par exemple, il dessine le car publicitaire de la margarine Astra, réalisé lui aussi par la carrosserie Antem, avec son toit escamotable et sa cuisine intégrée qui est tout aussi remarquable que le semi-remorque Panhard comportant un salon panoramique à l’étage pour la marque Pathé-Marconi. Il crée aussi un véhicule à la marque de Saponite sur la base d’un camion Citroën P55 et un attelage Esso. Mais, la montée en puissance des agences publicitaires relaya bientôt ses drôles de camions aux oubliettes.

En septembre 1960, il travaille avec Renault et dessine la R8 en 1962 puis la R 16 en 1965. Celle-ci a été déclinée en version tri corps comme la Renault 25 bien plus tard. La même année, Berliet, le grand constructeur lyonnais, lui confie la carrosserie du révolutionnaire Camion Stradair, le dernier Citroën, tout en lignes brisées et en vastes surfaces vitrées.

Image hébergée par servimg.com

Le style de Philippe Charbonneaux est et, restera un exemple très représentatif des Sixties.

En 1985 Philippe Charbonneaux, crée le Musée de l’automobile à Reims, dans l’enceinte d’une ancienne usine de menuiserie métallique sur plus de 4000 mètres carrés : Il y présenta sa collection personnelle ainsi que la réalisation de ses recherches. http://www.ina.fr/video/CAF96054730/musee-automobile.fr.html

Philippe Charbonneaux est décédé le 4 juin 1998, à Reims, à l'âge de 81 ans. Il laisse derrière lui une œuvre majeure qui méritait un conservatoire. À sa mort, une active association (S.C.A.R.) a été créée et gère le Musée Automobile de Reims Champagne qui regroupe de nombreux collectionneurs et leurs véhicules. Il est toujours visitable au 84 avenue Georges Clémenceau.
La collection, très riche, permettant de mesurer tout ce qu’a pu apporter Philippe Charbonneaux à une industrie qui ne lui a pas, toujours, rendu l’amour qu’il lui portait.

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.


Dernière édition par PTIOTECARETE le Mer 19 Juil - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
PTIOTECARETE
Admin
avatar

Messages : 3319
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 66
Localisation : 59260 HELLEMMES-LILLE

MessageSujet: Re: LES CITROËN FUSÉE "Charbonneaux / LEFFONDRE" 1955/56   Lun 22 Sep - 12:00

Bonjour,

je n'ai pas trouvé d'autre photo de la seconde version du 55 "fusée" dessiné par Philippe Charbonneaux et carrossé par Leffondré en cette année 1955 et qui semble avoir été utilisé comme fourgon publicitaire sous les couleurs de TELEAVIA - FRIGEAVIA de 1965 à 1966.

Image hébergée par servimg.com

PERFEX, marque du distributeur MOMACO nous le présente sous cette livrée rouge et bleu après nous l'avoir proposé en version "Sabine Rancy" qui le fit circuler de 1973 à 1974, date à laquelle, il disparaît totalement des routes françaises  Rolling Eyes .



Type 55 U A Fourgon publicitaire "2ème version Fusée" dessiné par Charbonneaux et carrossé par "Leffondré", décoration "FRIGEAVIA" Bleu, blanc et rouge 1965 PERFEX 1/43 Réf. : 204 - 2014

Bon, je deviens peut-être trop vieux mais, je me pose des questions quant à l'article de mon ami Jean-Jacques pour l'historique des 55 fusées au cirque  drunken

Comment se fait-il que les cartes grises des 2 premières versions de ces fourgons publicitaires soient, toutes les deux, datées de 1955 alors que SUD AVIATION n'existe qu'à partir de 1957 ? A moins que ce ne soit la date de mise en circulation de camions Citroën Type 55 déshabillés par le carrossier après 1957 ou, que ces véhicules, surtout le second qui n'a été la propriété de SUD AVIATION qu'en 1965, n'aient été étudiés pour une autre marque  scratch

Qui saurait en dire un peu plus ?
A tantôt
Alain  Very Happy

_________________
Citroën est entré dans l'histoire. La notoriété est le fruit de sa reconnaissance, la pérennité, le reflet de son adaptation.
Revenir en haut Aller en bas
http://aventure-citroen-min.forumchti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES CITROËN FUSÉE "Charbonneaux / LEFFONDRE" 1955/56   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES CITROËN FUSÉE "Charbonneaux / LEFFONDRE" 1955/56
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Citroën chez Pinder
» Citroën Kégresse P28
» My collection Citroën
» Véhicules CITROËN dans la GENDARMERIE
» Les fusées de détresse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La grande aventure des petites Citroën :: La période Michelin, la faillite évitée :: Prototypes, véhicules d'essais, projets et autres modifications-
Sauter vers: